NON AUX SOUS CHIRURGIENS - DENTISTES !

Pour parler de tout ce que vous voulez
Avatar du membre
INVITE59
Messages : 15
Enregistré le : jeu. 28 avr. 2016 08:29
Contact :

NON AUX SOUS CHIRURGIENS - DENTISTES !

Messagepar INVITE59 » ven. 8 juil. 2016 19:35

Ça pue l'enfumage médiatique/politique cette histoire d'étude à la mords-moi le noeud que sort la CNSD en plein débat sur l'accès partiel :biggrin:

....jpg
....jpg (173.88 Kio) Vu 1529 fois


http://www.cnsd.fr/actualite/news/1661-non-aux-sous-chirurgiens-dentistes

Bureau RDF .

Re: NON AUX SOUS CHIRURGIENS - DENTISTES !

Messagepar Bureau RDF . » sam. 9 juil. 2016 07:40

C'est plus que de l'enfumage, c'est puissance 1000 la démonstration du pouvoir de nuisances de la profession dentaire utilisé uniquement dans le but de préserver son monopole : celui du commerce de soins et de la prothèse dentaire .

En se moquant totalement de la santé bucco-dentaire ( prévention, soins, appareillages ) ces gens là refusent maintenant que des dentistes étrangers viennent s'installer en France, alors que dans certaines régions il en manquent .
Les dentistes confondent " l 'accès partiel " qui va bénéficier aux hygiénistes dentaires, aux denturologiste et aux technicien dentaires clinique avec les équivalences de diplômes des professions de santé .
Non il ne confondent pas, ils mentent effrontément , mais il ne suffit pas de tordre le cou à la " sémantique prothétique " , si j'ose dire , pour arriver à ses fins .

Les dentistes vont ils encore se moquer du monde encore lontemps ?
Non ! Les dentistes ne sont plus intouchables .

ben du matin .

Re: NON AUX SOUS CHIRURGIENS - DENTISTES !

Messagepar ben du matin . » sam. 9 juil. 2016 09:54

Mais non, voyons, partout dans le monde ou il n'y a pas de dentistes " français " il est de notoriété publique qu'une misère prothétique sévit, et ne parlons pas des pays ou il y a des hygiénistes et des denturologistes, alors là, c'est pas la misère, c'est pire qu'une épidémie de peste bubonique !

Fermons les frontières au charlatanisme dentaire, ouvrons des églises ou serait seulement bénis les arracheurs de dents revendeurs de prothèses adoubés par la dentisterie française .
Créons une blouse spéciale que seuls les " superdentistes de souche" auront le droit de porter, un tenue de croisés boutant l'envahisseur estranger dentaire hors du pays !!
Au armes citoyens , comme ménard mettons en place des milices de sauvegarde de la santé boursico-dentaire !!!!
Au larmes citoyens les dentistes se surpassent dans la dysenterie verbale !!!!

Quand on pense à la trouille d'un jeune dentiste nouvellement installé face à ses premiers clients , il y a de quoi rire ( ou pleurer ) quand on lit ce communiqué de presse .

Invité

Re: NON AUX SOUS CHIRURGIENS - DENTISTES !

Messagepar Invité » sam. 9 juil. 2016 13:35

Vous êtes un marrant, sauf que vous oubliez , par hasard certainement, de parler de la reconnaissance des étrangers par les qualifications professionnelles avec la formation clinique qui les accompagnent. C'est le danger que nous dénonçons, comme vous n'êtes pas si fou, c'est vous qui faites de l'enfumage .
Vous iriez vous faire soigner chez un dentiste qui n'a jamais vu un patient ?
Vous n'êtes pas très honnête, venant d'un illégal multi récidiviste il ne faut pas s'en étonner . :hi:

tutu la tulipe

Re: NON AUX SOUS CHIRURGIENS - DENTISTES !

Messagepar tutu la tulipe » sam. 9 juil. 2016 14:45

Lorsque nous aurons des études qui ne seront pas pondues par les dentistes eux-mêmes par l'intermédiaire de différentes vitrines humaines & associatives (ils adorent les asso type 1901 les dentistes, ils savent que cela fait pleurer dans les chaumières lorsqu’une vitrine asso se plaint des méchants :biggrin: ), on pourra croire à ce genre de conneries ... c'est vieux comme les rues ce genre d'enfumage bas de gamme !!! C'est qui déjà EDSA ?

EDSA, ce sont les initiales de European Dental Students’ Association. C’est une association à but non lucratif et apolitique. Elle a été fondée en 1988 à Paris (ils adorent paris les frangins ... la FDI et tant d'autres gamelles dentaires ont aussi été créées dans notre belle capitale) et fédère plus de 65,000 étudiants en chirurgie dentaire de 182 universités dans 26 pays. Le siège social est situé en Irlande, à Dublin.

Le but principal est la promotion et le développement de contacts internationaux et l’échange d’idées, ainsi que l’augmentation des connaissances des étudiants, tant au niveau pratique que théorique. L’association a également pour but de présenter aux étudiants l’organisation des soins et les systèmes éducatifs des différents pays européens, pour créer une véritable communauté d’étudiants, de même que défendre leurs droits au sein de l’Union Européenne.

Les délégués représentant chaque pays membre sont actifs au niveau national et européen. Ils assurent la promotion des activités étudiantes et créent et développent des relations étroites avec les professionnels et les autorités académiques, ainsi qu’avec d’autres associations.

Les délégués EDSA de chaque pays se rencontrent deux fois par an dans différentes villes européennes. Ils y discutent des problèmes des différents systèmes éducatifs et de la profession, font des suggestions sur de futures activités, développent de solutions et prennent des décisions.

Le meeting EDSA d’automne se tient juste avant chaque meeting annuel de l’ADEE (Association for Dental Education in Europe). Cela permet aux étudiants de prendre le temps de s’intéresser aux thématiques scientifiques développées par l’ADEE, et de faciliter leur participation dans les groupes de travail qui s’y tiennent.

Les relations étroites qu’entretiennent l’EDSA et l’ADEE garantissent une coopération et un discours cohérent entre le monde étudiant et enseignant.

Le meeting EDSA du printemps est suivi d’un congrès tous les deux ans. Ces congrès sont l’occasion d’aborder une partie plus scientifique du monde dentaire. Les étudiants y présentent leurs différents projets de recherche qui donne lieu à un grand concours. Des conférences sont également données par des Professeurs et des chercheurs internationaux.

Source :http://www.unecd.com

En gros un (jeune) paravent que les (vieux) dentistes utilisent en cas de gros pépin !!! :haha:

Avatar du membre
BenDenturo
Messages : 783
Enregistré le : ven. 17 avr. 2015 13:27
Contact :

Re: NON AUX SOUS CHIRURGIENS - DENTISTES !

Messagepar BenDenturo » sam. 9 juil. 2016 15:36

Bonne idée de nous montrer qui est ce fameux EDSA ....... il faut juste rajouter que cette association est maquée avec COLGATE et ELMEX ...... deux grands du dentifrice et de la brosses à dents liés aussi à l'UFSBD ..... il est à noter pour la petite histoire que ces fabricants baptisent les dentifrices, le fil dentaire, les brosses à dents du nom de soins dentaire !!!
Serait est ce un exercice illégal de se laver les dents ?

Quand aux SOUS chirurgien dentiste c'est encore une histoire de SOUS de gros SOUS même !!! :diablo: :diablo:

Avatar du membre
INVITE59
Messages : 15
Enregistré le : jeu. 28 avr. 2016 08:29
Contact :

Re: NON AUX SOUS CHIRURGIENS - DENTISTES !

Messagepar INVITE59 » jeu. 21 juil. 2016 09:41

L'enfumage continu avec un titre " racoleur " dans l'espoir (certainement) d'attirer la ménagère de - 50 ans :biggrin: :

L'EUROPE DES " SOUS DENTISTES "

europe_sous_dentistes.jpg
europe_sous_dentistes.jpg (12.25 Kio) Vu 1453 fois

En révélant que 10 % des étudiants diplômés en odontologie formés en Europe n'ont reçu aucune pratique clinique sur des patients, l'étude de l'European Dental Student Association (EDSA) jette un pavé dans la mare. Rencontres avec Marco Mazevet dont la thèse a révélé les résultats de cette étude et réactions de l'Ordre, de la CNSD, de la doyenne de Rennes et de Véronique Pellegrain, spécialiste juridique des questions européennes.


DIPLÔMÉ SANS PRATIQUE SUR PATIENT !


Dans certaines universités européennes, la pratique clinique sur patients n'est pas une condition d'obtention du diplôme de chirurgien-dentiste. Or ce diplôme permet d'exercer dans n'importe quel pays de l'Union européenne.

10% des étudiants en odontologie formés en Europe obtiennent leur diplôme sans jamais avoir pratiqué sur des patients. C’est le constat – effarant – de la thèse de docteur en chirurgie dentaire de Marco Mazevet, soutenue le 4 juillet dernier au sein de l’U.F.R. d’odontologie de l’Université de Rennes 1. Ce résultat a été obtenu suite à une enquête rigoureuse menée dans les États de l’Union européenne (UE) disposant d’organismes de formation en dentaire sur leur sol, avec le soutien et la collaboration de l’Association européenne des étudiants en dentaire (EDSA en anglais). En effet, « 10 % des répondants » à un questionnaire anonyme en ligne diffusé auprès des étudiants européens « ont déclaré avoir une activité clinique exclusivement en tant qu’observateur pendant leur cursus », note Marco Mazevet.

marco_mazevet_.jpg
marco_mazevet_.jpg (8.97 Kio) Vu 1453 fois

Par ailleurs, 12 % ont déclaré n’avoir jamais élaboré de plan de traitement et un tiers n’a jamais réalisé de prothèse fixée ni de prescription médicamenteuse… Ces chiffres sont plutôt préoccupants : des praticiens formés en Europe peuvent actuellement exercer en chirurgie dentaire sans avoir un haut niveau de compétences, et ce, dans n’importe lequel des pays membres de l’UE, en vertu du principe de la reconnaissance automatique des diplômes européens.

34 actes de références


Dans le cadre de sa thèse sur l’ « évaluation de la pratique clinique dans le cursus des études en odontologie au sein de l’Union européenne », l’étudiant en dernière année d’odontologie à Rennes a dressé une liste de 34 actes cliniques (réalisation d’empreintes, de clichés radiographiques, d’une anesthésie, d’un détartrage, de restaurations directes et indirectes, d’un traitement endodontique initial et d’un retraitement, de prothèse provisoire, de prothèse amovible, de prothèse fixée, d’avulsion, etc.) et l’a soumise aux futurs praticiens européens.

Le constat est alarmant : deux tiers des actes investigués ont été réalisés moins de 5 fois par 50 % des étudiants et seulement un quart a été réalisé plus de 10 fois par 60 % des étudiants. À l’inverse, certaines formations européennes permettent une activité de haut niveau, puisque 25 % des étudiants ont réalisé les 5 actes suivants : un traitement chirurgical parodontal, un éclaircissement dentaire, une extraction d’une dent incluse, la pose d’un implant et une prothèse sur implant.

Grâce à cette liste d’actes, les étudiants européens ont, par ailleurs, pu évaluer leur capacité à travailler en autonomie. De fait, « plus de 50 % des répondants estiment pouvoir effectuer 28 des 34 actes en autonomie», détaille Marco Mazevet. Plus de 90 % des étudiants se sentent autonomes sur les examens intra-oraux, la prévention carieuse, la prise de clichés radiographiques, les anesthésies, les restaurations directes, les détartrages et la prévention parodontale.

Harmoniser les cursus


Les résultats ont été présentés de manière globale et non pays par pays. D’une part, parce que l’échantillon de réponses d’étudiants obtenu est large et représentatif à l’échelle européenne. « D’autre part, parce que nous ne souhaitions pas, l’EDSA et moi-même, dégager de statistiques nationales ni de statistiques par organismes de formation, détaille Marco Mazevet. Et ce, d’autant plus que nous avons parfois relevé des
écarts importants entre les formations cliniques dispensées par des établissements issus d’un même pays. »

D’ailleurs, les variations observées « sont souvent plus grandes à l’échelle nationale, c’est-à-dire entre facultés d’un même pays, qu’au niveau international, c’est-à-dire entre les facultés d’un même pays et celles d’un autre État », précise-t-il. Enfin, l’objectif de ce travail de recherche n’est pas de « stigmatiser des pays ou des organismes de formation “déficients” » mais de contribuer à la nécessaire harmonisation des cursus dentaires au niveau européen et à l’évolution de la réglementation européenne. Ce sera à toute la profession dentaire de se mobiliser pour sensibiliser les États et les institutions de l’UE sur ce point. Elle pourra s’appuyer sur les résultats complets de l’enquête, lesquels « seront publiés dans un article scientifique à la fin de l’année », a indiqué l’EDSA dans un communiqué en date du 8 juillet.

Quelle a été votre réaction, lorsque vous avez pris connaissance du contenu de cette thèse ?

En premier lieu, il faut saluer le travail de Marco Mazevet et de l’Association européenne des étudiants en dentaire, qui ont réalisé ce travail en toute indépendance. La méthodologie suivie est solide. Il s’agit, en outre, d’une thèse d’exercice : c’est donc un travail sur lequel on peut s’appuyer. En second lieu, les résultats de cette étude, selon laquelle 10 % des étudiants européens sont diplômés sans avoir travaillé en bouche auprès d’un vrai patient, sont consternants, même si, en tant que membre du Conseil des dentistes européens (CED), cela ne me surprend pas. Ils montrent qu’il y a un réel problème dans l’enseignement de notre profession en Europe. L’objectif n’est pas de stigmatiser un pays en particulier : il s’agit essentiellement d’un problème ponctuel vis-à-vis de certaines universités, pas d’un problème de pays. Il faut donc veiller à ce que toutes les facultés qui dispensent des formations en dentaire et délivrent des diplômes de chirurgiens-dentistes soient équivalentes, pour que tous les étudiants européens reçoivent un enseignement de qualité.

Quelle(s) solutions(s) préconisez-vous ?


Il faut que l’Europe prenne ses responsabilités. Il est beaucoup question, en Europe, de sécurité des patients, par exemple dans le cadre de la réglementation sur les dispositifs médicaux, en cours de réforme. Au sein de la CNSD, nous sommes d’accord sur ce point. Or, cela implique un enseignement de qualité. Nous souhaitons donc une révision de l’annexe V.3 de la directive Qualifications, relative aux « praticiens de l’art dentaire », qui n’a pas changé depuis des années. Elle doit être plus précise pour éviter des dérives. En l’occurrence, cette annexe énumère actuellement la liste des matières que les futurs praticiens européens en odontologie doivent avoir étudiées : des « matières de base », telles que la chimie, la physique et la biologie ; des matières médicales, telles que l’histologie, la physiologie, la biochimie, l’anatomie pathologique, etc. ; et, enfin, des matières spécifiquement odonto-stomatologiques. Nous, nous préfèrerions que l’annexe de la directive liste les compétences en soins conservateurs, implantologie, – etc. – que les étudiants doivent posséder pour exercer au sein de l’UE. Pour cela, la CNSD appuiera et soutiendra le travail de l’EDSA et du CED pour faire entendre raison au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et aux institutions européennes. Car il y a danger. La santé n’est pas un bien marchand !

Source : http://www.cnsd.fr/actualite/news/1666-l-europe-des-sous-dentistes
....jpg
....jpg (10.62 Kio) Vu 1453 fois

:hi:

Denturoretraité

Re: NON AUX SOUS CHIRURGIENS - DENTISTES !

Messagepar Denturoretraité » jeu. 21 juil. 2016 09:57

Quelle profession de ruffians . MENTEURS COMME DES ARRACHEURS DE DENTS ! Il y tiennent à garder le proverbe ! :haha:

Ben ben

Re: NON AUX SOUS CHIRURGIENS - DENTISTES !

Messagepar Ben ben » ven. 22 juil. 2016 09:40

Comment prenez vous le qualificatif de SOUS DENTISTE ? :haha:

C'est la question d'un abruti , voici ma réponse :

T'as rien d'autre à dire esclave ? Pôvre exploité, restes penché sur ta cheville et continue de courber l'échine devant tes clients dentistes !!!
Ou alors essaie de formuler des réflexions enrichissantes . :gigakach:
Ta profession est bouleversée par la CFAO et par la venue des denturologistes enfin légalisés dans quelques mois et tu es incapable de le voir et de le comprendre .
Pôvre formaté !!! :blum3:

Proto

Re: NON AUX SOUS CHIRURGIENS - DENTISTES !

Messagepar Proto » ven. 22 juil. 2016 19:07

Dans quelques mois ? On en reparle à la fin de l'année vieille épave ? Si t'es encore parmi nous... tu verras jamais ta pseudo denturo légalisée. Et si jamais ça arrive, il faudra passer par l'université pour pratiquer ces gestes. Donc tu sais où te le mettre ton CAP de prothésiste comme le mien. Car t'es prothésiste esclave aux yeux de la loi française et rien d'autre ;) ah si, t'es aussi une vielle épave sénile et ruinée


Retourner vers « Discussions générales »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité