hypocrisie et langue de bois de la caste dentaire

Venez ici poser vos questions et trouver de l'aide quant à l'utilisation du forum
J'dis ça j'dis

Re: hypocrisie et langue de bois de la caste dentaire

Messagepar J'dis ça j'dis » lun. 7 déc. 2015 09:35

Primo personne n'a parlé d'une jurisprudence en 2004

Deuxio : la jurisprudence de 1986 est toujours en vigueur concernant aujourd'hui et les différents commentaires du gouvernent depuis cette date (et notamment les très intéressantes interventions de 1989, 2008 et 2015 rapportées sur ce forum par Achtung et DeLorean) ne font que l'étoffer !

Troisio : je suis bien curieux de lire cette mystérieuse jurisprudence de 2014 sortie de nulle part ! D'autant qu'il n'y a rien qu'il n'a jamais existé de documents vous autorisant à exister sur ce territoire, alors inutile de sortir pareilles balivernes sur une éventuelle obsolescence de la jurisprudence !

Affreuprotho
Messages : 670
Enregistré le : lun. 20 avr. 2015 07:16
Contact :

Re: hypocrisie et langue de bois de la caste dentaire

Messagepar Affreuprotho » lun. 7 déc. 2015 10:18

C'est Achtung qui l'écrit :" Les chirurgiens-dentistes ou les médecins, liés au patient par un contrat de soins, sont les seuls à avoir des obligations envers lui - obligations incluant la conception et la confection des prothèses - ils en assument l'entière responsabilité. Ceci a été rappelé par la Cour de cassation, dans un arrêt du 23 novembre 2004." C'est faux, c'est le fabricant (le Prothésiste dentaire) qui a une obligation de résultat (jugement 2014)! :blush2:

Denturoretraité

Re: hypocrisie et langue de bois de la caste dentaire

Messagepar Denturoretraité » lun. 7 déc. 2015 10:21

La question qui se pose est la suivante : est ce que la Denturologie ou le technicien dentaire clinique sont utiles à l'ensemble de la société ?
La réponse est : oui .
Ce qui nous entraîne vers d'autres questions :
En France est ce que ces gens là ont une formation ?
La réponse est : oui .
Ces gens là sont ils capables ?
La réponse est : oui .
Y a t' il un recul qui puisse prouver leurs compétences ?
La réponse est : oui , 30 ans de pratique.
Ces gens là font ils de soins ?
La réponse est : absolument pas .

A la vue ce cette simple analyse objective, quel et le corps médical qui va refuser ce nouvel exercice ?
La réponse est : la voyoucratie dentaire ?
Pourquoi ?
Vous connaissez la réponse mieux que nous !!!!

tototorlecouococus

Re: hypocrisie et langue de bois de la caste dentaire

Messagepar tototorlecouococus » lun. 7 déc. 2015 10:50

Autres questions : si ce site et plein de "fake", si il n'y a pas plus de 10 denturos sur notre territoire,
Achtung a écrit :Dans tous les cas ça change quoi ? Qu'est ce que cela vous apporterait ? Vous êtes quand même dans l'illégalité ! Moi aussi demain je vais aller me former dans mon coin clandestinement : couvert par des potes chirurgiens je vais me former à la chirurgie cardiaque ! Énorme ! Quite à bafouer les règles de la santé publique, autant le faire jusqu'au bout ! Autant rappeler les charlatans du XIXeme !

Qu'est ce que vous n'inventeriez pour donner un semblant de vie à votre combat ! Une formation de DTC ... Ce titre, ce diplôme et cette formation n'existent même pas sur le territoire ! Alors pourquoi l'apprendre clandestinement si ce n'est pour avoir la justice au cul le reste de ses jours ! Faites fabriquant-prothésiste, c'est plus simple, plus rentable et légal au moins ! Libellule est un fake, et deux invités sur trois sont Michel Benhaim alors arrêtez vos mascarades c'est ridicule !


Autres questions histoire de rigoler :
Si ce site est plein de fake, si il n'y pas plus d'une dizaine de denturos en France, si ce site et son forum sont une mascarade , qu'est ce que des superdentistes du futur viennent y perdre leur temps ? :dontknow:
Pourquoi se servir de :gigakach: pour écraser une :bye2: mouche ?
Ces super dentistes ne savent pas viser ? :fie:


DeLorean

Re: hypocrisie et langue de bois de la caste dentaire

Messagepar DeLorean » lun. 7 déc. 2015 11:56

Et alors Affreuprotho ? Les chirurgiens oraux sont formés à des actes de chirurgie maxillo-faciale : ils sont compétents pour cet exercice extra oral et pourtant aucun ne le fait ! Pourquoi ?? Car c'est illégal ! Ce n'est pas seulement une affaire de compétence, c'est surtout une histoire de diplôme qui définit un cadre légal d'exercice ! Et le diplôme de denturo ou de TDC n'existe pas, fin de l'histoire ! Et ce n'est pas la "voyoucratie dentaire" qui vous interdit d'exercice mais le gouvernent ! Et ils ont des raisons légitimes de le faire ! D'autant que le gouvernement et la santé publique considère la prise d'empreinte, l'essayage, la pose et l'adaptation de prothèse en bouche comme attenants à l'art dentaire, et étant des actes médicaux de soins prothétiques. Pas moi qui le dit, mais le gouvernement !

Je vous remets la jurisprudence et les commentaires du gouvernent relatifs à la denturologie, vu que vous ne semblez pas en tenir compte ?

Et c'est quoi le rapport avec l'obligation de moyen snef ?!


snef
Messages : 104
Enregistré le : dim. 26 avr. 2015 20:27
Contact :

Re: hypocrisie et langue de bois de la caste dentaire

Messagepar snef » lun. 7 déc. 2015 12:24

Oui mais vous continuez de vendre les prothèses que vous prescrivez et le gouvernement vous laisse faire...pour l'instant...
Mais peut être que les juges finiront par reconnaître que ceci est hors la loi.
Aucune profession médicale ne peut vendre ce qu'elle prescrit sauf vous , les dentistes.

j'dis ça j'dis rien

Re: hypocrisie et langue de bois de la caste dentaire

Messagepar j'dis ça j'dis rien » lun. 7 déc. 2015 13:07

Oui il y d'autres professionnels de santé médicaux : les médecins stomatologistes les chirurgiens oraux (médecins et dentistes) en plus des chirurgiens-dentistes et même les chirurgiens maxillo faciaux pour la prothèse !

Et cette pratique n'est pas commerciale : c'est une entente directe entre patient et praticien pour des actes non conventionnés et donc à honoraire libre dans le plus pur esprit du code de déontologie. Avant l'apparition du conventionnement médical dans les années 70, c'était sur la base de l'entente directe que s'effectuait l'intégralité des soins médicaux exercés par tous les types de médecins et de CD ! Autant dire dans ce cas que les fondements même de la médecine sont apparentés au commerce puisque c'est sur l'entente directe que repose historiquement la consultation médicale ! Qu'il s'agissait autrefois de préparer, poser et adapter un DMSM ou de réaliser une chirurgie ou un traitement médical, c'était de l'entente directe. Aujourd'hui, le conventionnement en secteur 2 permet aux médecins de poursuivre cette tradition d'entente directe ! En odontologie, l'entente directe est toujours en vigueur pour certaines disciplines types prothèse, parodontie, implants ect ... Et ça, la jurisprudence en est bien consciente ! L'entente directe n'est pas du commerce, rentrez vous bien ça dans le crâne !!

snef
Messages : 104
Enregistré le : dim. 26 avr. 2015 20:27
Contact :

Re: hypocrisie et langue de bois de la caste dentaire

Messagepar snef » lun. 7 déc. 2015 13:57

extrait avis 12 A 06

2. AMÉLIORER L’INFORMATION PRÉALABLE DES PATIENTS PAR UNE MISE EN PLACE EFFECTIVE ET CONTRÔLÉE DU DEVIS LÉGAL
124. Le devis conventionnel actuellement en vigueur ne permet pas, en l’absence de dissociation du prix de vente de la prothèse et du montant des prestations de soins, d’apprécier les conditions d’une diffusion de la concurrence amont au marché aval.
125. L’incidence du prix des prothèses importées (ou celle de la concurrence sur le marché amont national) est ainsi totalement occultée, alors qu’elle constitue une information qui doit favoriser la répercussion des gains concurrentiels aux patients sous forme d’une modulation des honoraires.
126. L’Autorité se fonde sur le défaut d’application par les professionnels de santé du devis issu de la loi HPST (cf. paragraphe n° 59), pour préconiser une mise en place effective et contrôlée du devis type résultant de la loi n° 2011-940 du 10 août 2011. Il est rappelé que celui-ci doit dissocier le prix de vente de la prothèse par le chirurgien-dentiste du prix des soins proprement dits. Ce contrôle pourrait être confié aux dentistes conseil de la Sécurité sociale.
127. Les effets de cette transparence devraient être plus limités que dans le cas de la loi HPST, qui rendait obligatoire la communication au patient du coût d’achat de la prothèse. Dans le nouveau dispositif, la dissociation du prix de l’acte suppose la détermination par le praticien d’un prix de « revente » de la prothèse. Par cette dissociation, la formation du prix de l’acte prothétique deviendra plus transparente et constituera pour les patients une incitation à une mise en concurrence des praticiens ou à une négociation des honoraires prothétiques.
128. Le caractère pro-concurrentiel de l’information préalable dépendra des modalités de reconstitution du prix de vente de la prothèse. Le CNSD a indiqué en séance que le prix figurant au devis pourrait être déterminé à partir du coût d’achat facturé par le laboratoire, majoré d’une quote-part des charges du cabinet. Ce coût global serait déterminé hors marge dès lors que les chirurgiens-dentistes ne sont pas autorisés par le code de déontologie à pratiquer une marge commerciale au titre de la revente d’un produit prescrit.
129. L’Autorité recommande par cohérence avec l’activité exercée, consistant à réaliser un traitement prothétique et non à revendre une prothèse achetée, d’affecter la quasi totalité des charges du cabinet à l’activité de soins. Les charges relatives à la prothèse devraient être réduites à un minimum correspondant aux frais de transport et aux frais de gestion de la commande de la prothèse. Les frais de cabinet grevant le diagnostic, la prise d’empreinte, l’adaptation et la pose de la prothèse devraient donc être rattachés aux prestations de soins, conformément à la délimitation du monopole de l’exercice de l’art dentaire en matière prothétique.
130. En définitive, la nature de l’activité ainsi que le réalisme comptable devraient conduire à une valorisation de la prothèse proche de son coût d’achat par le chirurgien-dentiste. Le niveau de cette valorisation devrait favoriser la diffusion aux patients des effets de la concurrence amont sur le marché des soins prothétiques. Il peut en effet constituer le fondement d’une négociation individuelle des honoraires prothétiques sur la base du coût de revient de la prothèse.

3. DÉVELOPPER LES POSSIBILITÉS DE CHOIX DES PATIENTS À L’OCCASION DE L’INFORMATION PRÉALABLE
131. Le devis légal devrait pouvoir être enrichi dans le sens d’une offre plus large portant sur les opérateurs amont et les matériaux de confection de la prothèse, offre qui pourrait permettre aux patients d’exercer un véritable choix concurrentiel. Les critères de l’arbitrage devraient porter sur un nombre minimum de prothésistes susceptibles de réaliser la prothèse prescrite (au moins trois) ainsi que sur une différenciation des matériaux de confection de la prothèse (par exemple, céramo-céramique ou céramo-métallique ou métallique en ce qui concerne les couronnes).

132. Dans ce dispositif, le choix du prothésiste est transféré au patient sur la base de la mise en concurrence organisée par le chirurgien-dentiste.
133. En pratique, cette orientation conduit à renforcer les obligations du devis légal résultant de la loi d’août 2011 ou à imposer plusieurs devis, en obligeant les professionnels de santé à réserver au patient le choix entre différentes variantes du traitement.


Retourner vers « Aide à l'utilisation du forum »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité