Les perles de dentistes !

Pour parler de tout ce que vous voulez
Avatar du membre
BenDenturo
Messages : 992
Enregistré le : ven. 17 avr. 2015 13:27
Contact :

Les perles de dentistes !

Messagepar BenDenturo » ven. 25 oct. 2019 09:01

Un nouveau sujet : les perles de dentistes ! Voyez ci dessous, trouvé sur facebok :

Rc Fvr
Rc Fvr Michel Ben Haïm vous êtes une caricature...
Les appareils amovibles sont une insulte à la médecine.
Normalement l'implantologie devrait être remboursée et permettre à chaque être humain d'avoir une bonne mastication.
Meme si c'est vrai que l'amovible aide vraiment dans certains cas.
Faites vos appareils dans votre coin, ça ne me dérange pas du tout, au contraire...
Je suis pour déléguer l'amovible aux denturlgues et les detartrages aux hygiénistes qui sont plus compétents que nous pour le faire.
Vous représentez très mal les prothésistes car vous êtes grossier, insultant rempli de haine...
Le Eric Zemmour de la prothese...

J’aime
· Répondre · 1 h · Modifié

Michel Ben Haïm
Michel Ben Haïm Rc Fvr Pensez ce que vous voulez de ma modeste personne, je m'en bats le nenoeil ...... l'important étant que vous ayez compris, au moins ça, que les hygiénistes dentaires et les denturologistes vous autorisent à faire votre métier qui est de faire de la prévention et de prodiguer des soins et non la revente de prothèses ! Ayant compris ceci, pourquoi tant de haine ? Quand à zemour, ce pôvre facho, vous vous êtes trompé d'un mot , il faut dire " le zamour de la prothèse " ! Je rajouterai que dire que les appareils amovibles sont une insulte à la médecine * est d'une stupidité stupéfiante ! Je laisse vos confrères juger de votre bêtise ! * Médecine, de médicina : art de guérir, remèdes, potions .... une prothèse compense un handicap, elle ne guérit pas une maladie , la prothèse n'est pas un soin, tagada tsoin toin !!! Je ne vois pas ou la prothèse amovible est une insulte à la médecine ! Voulez vous m'expliquer cher docteur Jekyl ?

J’aime
· Répondre · 1 min

Michel Ben Haïm
Répondez...

ben ben

Re: Les perles de dentistes !

Messagepar ben ben » ven. 25 oct. 2019 14:19

Suite des élucubrations de pôvres dentistes !

Max Corsaint Michel Ben Haïm a juste rien compris au métier de chirurgien dentiste. On ne vend pas des prothèse on fait des soins prothétique, et on pose une prothèse fabriquée par le prothésiste. C'est un peu comme si Nobel nous faisait un procès pr la pose des implants. Soyons sérieux 5 min. Le prothésiste qui fabrique une prothèse de hanche ne revendiquera jamais le droit de la poser. Vous avez une très vieille image de la dentisterie. Croyez vous que pour la ppa nous faisons une empreinte et mise en bouche ? La oui vous seriez des larbins. Mais ce n'est pas le cas. Savez vous réaliser une gestion pré prothétique des tissus mous ? Etes vous capable de réaliser une coronoplastie ? Des fraisage pour taquet d occlusion ?
Vous n avez pas les connaissances qui vont avec la biologie, vous êtes sur un aspect mécaniste de la prothèse que beaucoup de dentiste adoptent et conduit a des échecs prothétiques fréquent. Il ne suffit pas de savoir faire une empreinte à l alginate et utiliser des moteurs

J’aime
· Répondre · 3 h

Rc Fvr
Rc Fvr Michel Ben Haïm avant pour soigner un ongle incarné on coupait le pied, c'était de la médecine.
Dans 95% des cas les implants sont la meilleure solution.
Vivez à notre epoque s'il vous plaît.

J’aime
· Répondre · 2 h · Modifié

Rc Fvr
Rc Fvr Max Corsaint exact ! Tous les fabriquants de prothèses de hanche sont des chirurgiens.
Et bien sur ceux qui fabriquent les valves cardiaques sont des cardiologues expérimentés !

Cet homme est un aigri qui n'a aucune connaissance médicale et qui veut faire des dentiers à tous les patients pour se faire de l'argent.
C'est une horreur.

Michel Ben Haïm retournez à la faculté, apprenez la chirurgie osseuse et imolantaire, et redonner le sourire à vos patients.

Plutot que de prendre des empreintes alginates dans votre cave pour VENDRE des dentiers.

Vous n'êtes qu'un vendeur de resine.

[b][/b]
Michel Ben Haïm
Max Corsaint Tiens tiens qui revoilou maxi l'aire de rien : max la limace !
Non docteur, vous achetez un dmsm à un fabricant,et vous la revendez à un patient tout en prenant un sacré bénéfice ! Concernant la prothèse de hanches nous avez choisi le mauvais exemple : le chirurgien l'achète à un fabricant, il ne la revends pas à son patient, il la paye directement le fabricant ! Oui les prothésistes sont bien des larbins ! Et vous n'avez pas encore compris que vous faites les soins, le diagnostic et la prescription .... ensuite votre patient viens me voirje fabrique, prises de mesures et je pose le ou les dmsm ( amovibles ) . La véritable différence entre vous et moi, c'est qu'avec un simple prescription je peux fabriquer un complet haut et bas de A à Z , ce dont vous êtes incapables, vous ne savez même pas couler une empreinte, mettre en articulateur , quand au montage et aux finitionsn'en parlons pas , vous seriez comme une poule qui a trouvé un couteau !

Protho 21

Re: Les perles de dentistes !

Messagepar Protho 21 » ven. 25 oct. 2019 14:31

Ces échanges se font dans quel site ? C'est une belle démonstration de mépris envers tous les prothésistes .

ben ben

Re: Les perles de dentistes !

Messagepar ben ben » ven. 25 oct. 2019 14:52

Protho 21 a écrit :Ces échanges se font dans quel site ? C'est une belle démonstration de mépris envers tous les prothésistes .

Petite souite :

Max Corsaint
Max Corsaint Michel Ben Haïm alors comme votre argumentaire se résume a la negation, je fais la même chose. Non nous ne revendons pas des prothese. La prothèse de hanche payé par le patient au fabricant ? Ça m'étonnerait c'est la sécu et mutuelle qui paie et dépassement éventuel au praticien et anesthésiste. Vous dites n'importe quoi. La seule chose qu'on est pas capable de faire est la mise en moufle car on ne lapprend pas. Et c'est pas notre rôle. La réalisation de la prothèse est votre rôle pas son ajustage en bouche.
De toutes façons vous pouvez faire l'autruche longtemps la loi ne vous autorise pas et ne vous autorisera jamais en France la mise en bouche.

J’aime
· Répondre · 2 min

Pour le moment je ne le dirai pas, j'en profite un max avant qu'on m éjecte, ensuite je le dévoilerai, mais en cherchant bien vous devriez trouver !
Voici la suite de ces échanges, et c'est pas terminé !

Ami

Re: Les perles de dentistes !

Messagepar Ami » mar. 5 nov. 2019 08:19

Ne sachant pas trop ou placer cette info, je la place ici, bonne lecture .


Le docteur Armelle Quantin, 52 ans, a poursuivi son activité professionnelle dans son cabinet de Valréas alors qu'elle était bien frappée d’une interdiction d’exercice de trois ans par la Chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des chirurgiens-dentistes.

Bien que frappée d’une interdiction d’exercice de trois ans par la Chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des chirurgiens-dentistes le docteur Armelle Quantin, 52 ans, a poursuivi son activité professionnelle dans son cabinet de Valréas. Jugée devant le tribunal correctionnel de Carpentras - notre édition du 25 octobre - la dentiste a soutenu ne pas avoir compris que la sanction, signifiée le 28 octobre 2016, était exécutoire immédiatement. Elle aurait alors poursuivi les soins entamés auprès de sa patientèle et accepté de soigner, dans des situations d’urgence, des personnes ne trouvant pas de dentiste en cette période estivale.

Saisis de plaintes de patients, les services de la CPAM ont démontré que le docteur Quantin établissait des feuilles de soins "suspectes", anti-datait des actes mais en facturait également d’autres non réalisés pour des patients bénéficiant de la CMU.

Le tribunal, après délibéré, l’a condamnée à la peine requise par le parquet de trois ans de prison avec sursis et à une interdiction définitive d’exercer la profession de chirurgien-dentiste. Au plan civil, il est alloué 9 261 euros à la CPAM de la Drôme, l’affaire est renvoyée sur intérêts civils pour la CPAM de Vaucluse et deux patients à l’audience du 10 février 2020.

Source La Provence. Valréas .26/10/2019 .

Avatar du membre
BenDenturo
Messages : 992
Enregistré le : ven. 17 avr. 2015 13:27
Contact :

Re: Les perles de dentistes !

Messagepar BenDenturo » mar. 5 nov. 2019 08:43

Merci Ami, il y a aussi cet article qui vaut son pesant d'alginate, tous des innocents !!! :diablo:

Source : Ouest-France du 14/10/2019 .

Affaire orageuse pour Lionel Le Coq, Florence Lecoq-Jouny, Pierre-Olivier Le Roux, Antoine Godard, Bertrand Kohler et Henri Duret, du cabinet dentaire Saint-Guillaume, à Saint-Brieuc.

Le Conseil national de l’ordre des chirurgiens-dentistes leur a infligé à tous un avertissement et des peines d’interdiction du droit de donner des soins aux assurés sociaux pour des durées d’un à quatre mois jusqu’au 31 décembre prochain.

Les six praticiens sont intervenus, hier, devant le Conseil d’État, pour demander la levée de ces sanctions. Ils soutiennent que les décisions sont « irrégulières car elles n’ont pas fait l’objet d’une lecture publique ». Et contestent le rapport dont ils ont fait l’objet en affirmant que les fautes personnelles qui leur sont reprochées ne leur sont pas imputables.

Frédéric Dieu, le rapporteur public en charge du dossier, les a démentis en tous points. Il rappelle que le rapport et la plainte émanent de la Caisse primaire d’assurance maladie des Côtes-d’Armor, relayés par la chambre disciplinaire de l’ordre des chirurgiens-dentistes de Bretagne. Il met en exergue « l’exécution abusive de bilans radiographiques intra-buccaux, la réalisation de clichés radiographiques confiés à des assistants non habilités, le non-respect des critères de qualité des dits-clichés ».

Le rapport précise : « Des clichés de mauvaise qualité exposent le patient à un suivi inadapté et des soins inefficients, même si la qualité des soins fournis n’est pas incriminée. »
« Pratique de la profession comme un commerce »

Le Conseil national de l’ordre dénonce aussi « l’exercice de la profession comme un commerce », c’est-à-dire, « une pratique commerciale prohibée de l’art dentaire ».

En effet, il ressortirait qu’en prenant connaissance des assurances dont bénéficiaient les patients, les praticiens auraient « fixé leurs tarifs, non en fonction de la qualité du patient, mais de sa solvabilité. Les plus fortunés bénéficiant des meilleures couvertures complémentaires payaient ainsi plus cher… ».Le rapporteur public confirme la faute de « pratique commerciale de l’art dentaire ». Il propose donc le rejet des requêtes des six praticiens et la confirmation de leur condamnation. Les créateurs du cabinet, Lionel Le Coq et son épouse, Florence, sont les plus sévèrement sanctionnés. Tous deux se sont installés en janvier 1990 dans un cabinet d’une superficie de 45 m2. Leur Centre dentaire implantaire emploie aujourd’hui, comme l’annonce leur agence de communication Des ronds dans l’eau, « plus de 40 personnes dont 12 dentistes… dans un espace de 750 m2, spécialisé dans la pose d’implants, avec un laboratoire interne numérique. 50 000 rendez-vous par an, soit près de 1 000 patients par semaine ».

Décision du Conseil d’État dans les prochains jours.

Patient

Re: Les perles de dentistes !

Messagepar Patient » mar. 17 déc. 2019 08:10

Celle là vous ne l'avez pas .
:crazy_pilot:

Jeudi 12 décembre, une femme se présentait à la police en début de soirée, indiquant avoir été agressée et reçu des menaces.

En effet, elle aurait été “gazée” par son dentiste qui l’aurait ensuite agressée avec une arme à feu. Un différend commercial aurait été à l’origine de ces violences.

Les policiers se rendaient au cabinet du dentiste. Ce dernier aurait au départ refusé de lâcher son arme en voyant la police arriver, et prenait la fuite dans son cabinet. Il était finalement interpellé sans incident, et les policiers constataient que son arme était fausse.

Invité

Re: Les perles de dentistes !

Messagepar Invité » mar. 14 janv. 2020 08:04

Il n'y a pas que des perles.... il y a aussi des cochons ... et ils ne sont pas tous visité ... :fie:


Faute de propreté dans son cabinet, un dentiste dans l’Eure radié par le conseil de l’ordre
Le conseil de l'ordre des dentistes de Normandie a radié du tableau un praticien installé aux Andelys (Eure) depuis 1989. Motif : une hygiène très insuffisante dans son cabinet.
Publié le 8 Jan 20 à 12:06
Un dentiste des Andelys (Eure) a été radié par l'odre des chirurgiens-dentistes de Normandie à la suite de manquements en matière d'hygiène dans son cabinet.
Un dentiste des Andelys (Eure) a été radié par l’ordre des chirurgiens-dentistes de Normandie à la suite de manquements en matière d’hygiène dans son cabinet. (©Illustration/Pixabay)

Suite à deux signalements de patients des 19 juin et 3 juillet 2019, l’ordre des dentistes de l’
Faute de propreté dans son cabinet, un dentiste dans l’Eure radié par le conseil de l’ordre
Le conseil de l'ordre des dentistes de Normandie a radié du tableau un praticien installé aux Andelys (Eure) depuis 1989. Motif : une hygiène très insuffisante dans son cabinet.
Publié le 8 Jan 20 à 12:06
Un dentiste des Andelys (Eure) a été radié par l'odre des chirurgiens-dentistes de Normandie à la suite de manquements en matière d'hygiène dans son cabinet.
Un dentiste des Andelys (Eure) a été radié par l’ordre des chirurgiens-dentistes de Normandie à la suite de manquements en matière d’hygiène dans son cabinet. (©Illustration/Pixabay)

Suite à deux signalements de patients des 19 juin et 3 juillet 2019, l’ordre des dentistes de l’Eure a fait procéder le 10 juillet à une visite du cabinet d’un dentiste situé aux Andelys, installé avenue de la République depuis 1989.

Deux conseillères de l’ordre des dentistes ont dressé un rapport dans lequel elles ont relevé de « graves manquements à l’hygiène et les risques pour la santé des patients ».

Au vu de ce rapport, l’Agence régionale de santé (ARS) de Normandie a le 17 juillet 2019 déposé une plainte auprès de l’ordre des chirurgiens-dentistes de Normandie contre ce praticien. Motif : non respect du code de la santé publique.

Lire aussi : Déjà condamné pour des actes frauduleux, un dentiste du Calvados interdit d’exercer pendant deux ans et demi
Défaut de nettoyage persistant

Le 1er août 2019, la présidente de l’ordre des dentistes de l’Eure s’est associée à la plainte initiale de l’ARS en demandant la radiation du praticien mis en cause. Cette affaire a suivi son cours et le dossier a été examiné le 5 décembre à Caen (Calvados) par la chambre disciplinaire de première instance de l’ordre des chirurgiens-dentistes de Normandie.

Pièce maîtresse : le rapport des deux « inspectrices ». Premier constat : le cabinet était dans un « état de malpropreté qui ne pouvait résulter que d’un défaut de nettoyage persistant tant sur la surface des meubles que dans les tiroirs où sont entreposés les instruments. »

Il ressort des débats que le praticien ne prêtait pas attention à la propreté de ses locaux : depuis le départ de sa secrétaire, il a eu du mal à faire face à l’ensemble des tâches d’entretien dont un dentiste est responsable.

Toujours selon le rapport, la salle de stérilisation « installée dans une cuisine sombre et poussiéreuse, n’était pas pourvue d’une soudeuse à sachet, ni d’une cuve à ultra-sons. Si la salle était équipée d’un autoclave (appareil pour stériliser les instruments) , le mis en cause n’a réussi à montrer ni qu’il l’utilisait régulièrement, ni même qu’il savait l’utiliser.

Des risques pour la santé des patients

Enfin les instruments n’étaient pas conservés en sachet. Lors de l’audience, le praticien n’a pas été en mesure de démontrer qu’il connaissait les règles d’asepsie des instruments dentaires.

Un grave défaut qui fait courir aux patients des risques pour leur santé, a souligné la représentante de l’ARS.

Troisième élément mis en avant : les déchets d’activités de soins à risques infectieux.

La boîte destinée à ces déchets était vide. Une autre boite est stockée dans une cave accessible par l’extérieur. Enfin, ces déchets ne sont pas collectés par un entreprise agréée depuis des années.

À l’audience, le mis en cause a admis que son cabinet n’était plus aux normes tout en revendiquant une pratique traditionnelle de l’art dentaire qui a toujours donné satisfaction à ses patients. Il s’est fondé notamment sur une pétition. Par ailleurs, il a indiqué que l’une des plaintes à l’origine de l’affaire émane d’un « patient au jugement excessif et erroné qu’il ne suit pas habituellement et qu’il a reçu en urgence ».

Le praticien a de plus admis qu’il n’a suivi aucune formation depuis l’obtention de son diplôme. La « gravité des faits » a conduit la chambre disciplinaire de l’ordre des dentistes de Normandie à radier du tableau de l’ordre ce praticien de l’avenue de la République, aux Andelys. Cette décision du 16 décembre 2019 est susceptible d’appel et si le mis en cause « actualise ses connaissances et dispose d’un cabinet respectant les bonnes pratique de l’art dentaire », il pourra demander à être relevé de cette sanction.
Louis Laroque
Eure a fait procéder le 10 juillet à une visite du cabinet d’un dentiste situé aux Andelys, installé avenue de la République depuis 1989.

Deux conseillères de l’ordre des dentistes ont dressé un rapport dans lequel elles ont relevé de « graves manquements à l’hygiène et les risques pour la santé des patients ».

Au vu de ce rapport, l’Agence régionale de santé (ARS) de Normandie a le 17 juillet 2019 déposé une plainte auprès de l’ordre des chirurgiens-dentistes de Normandie contre ce praticien. Motif : non respect du code de la santé publique.

Lire aussi : Déjà condamné pour des actes frauduleux, un dentiste du Calvados interdit d’exercer pendant deux ans et demi
Défaut de nettoyage persistant

Le 1er août 2019, la présidente de l’ordre des dentistes de l’Eure s’est associée à la plainte initiale de l’ARS en demandant la radiation du praticien mis en cause. Cette affaire a suivi son cours et le dossier a été examiné le 5 décembre à Caen (Calvados) par la chambre disciplinaire de première instance de l’ordre des chirurgiens-dentistes de Normandie.

Pièce maîtresse : le rapport des deux « inspectrices ». Premier constat : le cabinet était dans un « état de malpropreté qui ne pouvait résulter que d’un défaut de nettoyage persistant tant sur la surface des meubles que dans les tiroirs où sont entreposés les instruments. »

Il ressort des débats que le praticien ne prêtait pas attention à la propreté de ses locaux : depuis le départ de sa secrétaire, il a eu du mal à faire face à l’ensemble des tâches d’entretien dont un dentiste est responsable.

Toujours selon le rapport, la salle de stérilisation « installée dans une cuisine sombre et poussiéreuse, n’était pas pourvue d’une soudeuse à sachet, ni d’une cuve à ultra-sons. Si la salle était équipée d’un autoclave (appareil pour stériliser les instruments) , le mis en cause n’a réussi à montrer ni qu’il l’utilisait régulièrement, ni même qu’il savait l’utiliser.

Lire aussi : Le voisin ébloui par des panneaux solaires en Normandie : la justice ordonne leur démontage


Des risques pour la santé des patients

Enfin les instruments n’étaient pas conservés en sachet. Lors de l’audience, le praticien n’a pas été en mesure de démontrer qu’il connaissait les règles d’asepsie des instruments dentaires.

Un grave défaut qui fait courir aux patients des risques pour leur santé, a souligné la représentante de l’ARS.

Troisième élément mis en avant : les déchets d’activités de soins à risques infectieux.

La boîte destinée à ces déchets était vide. Une autre boite est stockée dans une cave accessible par l’extérieur. Enfin, ces déchets ne sont pas collectés par un entreprise agréée depuis des années.

À l’audience, le mis en cause a admis que son cabinet n’était plus aux normes tout en revendiquant une pratique traditionnelle de l’art dentaire qui a toujours donné satisfaction à ses patients. Il s’est fondé notamment sur une pétition. Par ailleurs, il a indiqué que l’une des plaintes à l’origine de l’affaire émane d’un « patient au jugement excessif et erroné qu’il ne suit pas habituellement et qu’il a reçu en urgence ».

Le praticien a de plus admis qu’il n’a suivi aucune formation depuis l’obtention de son diplôme. La « gravité des faits » a conduit la chambre disciplinaire de l’ordre des dentistes de Normandie à radier du tableau de l’ordre ce praticien de l’avenue de la République, aux Andelys. Cette décision du 16 décembre 2019 est susceptible d’appel et si le mis en cause « actualise ses connaissances et dispose d’un cabinet respectant les bonnes pratique de l’art dentaire », il pourra demander à être relevé de cette sanction.
Louis Laroque

ben ben

Re: Les perles de dentistes !

Messagepar ben ben » mar. 21 janv. 2020 08:53

Je ne crois pas que nous en aurons une meilleure que celle ci ! :dash1:
Un dentiste qui pose un implant sans électricité ! Qu'il s'éclaire avec un portable , d'accord, mais avec quoi a t'il percé la mandibule de son patient ? C'est le Mac Gyver de la dentisterie ! :haha:
Non mais franchement qui peut croire cette connerie ? :close_tema:
Ha ! Ces dentistes ! :diablo:


n dentiste contraint de terminer une intervention à la lampe torche à cause d’une coupure de courant
Par M.B. le 10-01-2020
Lors de la manifestation contre la réforme des retraites jeudi 9 janvier à Saint-Brieuc (Côtes d’Armor), une brève coupure d'électricité a provoqué plusieurs dysfonctionnements. Enedis suspecte un acte de malveillance.

"A la SNCF, les cheminots bloquent les trains, nous à Enedis, on bloque le courant". Voilà ce que le dentiste se serait vu répondre à la suite de la coupure de courant qui a plongé le centre-ville de Saint-Brieuc dans le noir jeudi 9 janvier.

Lorsque le cortège arrive dans le centre-ville, le praticien est alors au beau milieu d'une opération quand soudain les appareils du cabinet de chirurgie dentaires tombent en rade. "Nous sommes spécialisés dans la pose d'implants, explique le dentiste à nos confrères de Ouest-France. Un de mes collègues a terminé son intervention éclairé à la torche de l'Iphone." Il a déposé une main courante au commissariat de la commune.

Enedis a de son côté réagi en confirmant que 1.400 clients avaient bien été privés d'électricité. "Nous suspectons un acte de malveillance, car nous n'identifions pas pour l'instant la cause de la coupure".



[Avec Ouest-France]

Patient .

Re: Les perles de dentistes !

Messagepar Patient . » mer. 29 janv. 2020 09:14

Que pour vous .


155 patients identifiés pour une fraude estimée à 179.000 euros

Pour la CPAM, ce praticien fraude de façon massive en s'appuyant sur les facilités qu'offrent la couverture maladie universelle. Les patients qui n'avancent pas les soins ne font pas forcément attention aux relevés. 155 patients sont identifiés. Dates de facturation non conformes, dents arrachées pour rien ou alors facturées alors qu'elles avaient déjà été arrachées ! Détartrages facturés non effectués. Certains patients se plaignent aussi de soins de mauvaise qualité. Le montant de la fraude est estimé à 179.000 euros au détriment des CPAM du Calvados, de l'Eure et de l'Orne, à l'ancien RSI et la MSA.
Pour la sécurité sociale, "un chicot ça n'existe pas", on facture donc un arrachage complet

Pour sa défense, l'ancien praticien invoque des actes par assimilation. "Comme la pose d'un bridge ne rentre pas dans la nomenclature, je facturais des couronnes et un appareil mobile". Les dents déjà arrachées précédemment ? Il reconnait mais ajoute qu'il fallait parfois enlever des résidus, ce qui prend plus de temps, et "pour la sécurité sociale, un chicot ça n'existe pas, donc on facture un arrachage". Il reconnait aussi des factures par anticipation. "Parce que les patients CMU ont souvent des dentitions dégradées, il y a beaucoup de soins à faire, et on est pas sûrs de les revoir". Des experts de la MSA, un des organismes escroqués, ont comparé son activité avec celle de ses confrères. Quand l'un d'eux facture en moyenne 100 euros de soins par patient CMU, lui est à 2.314 euros. "Est ce que cela veut dire qu'à Orbec, les patients CMU ont une hygiène dentaire effroyable ?" s'étonne la présidente. Lui se défend : "Je n'ai jamais massacré la bouche de personne !"
Un taux d'endettement personnel de 143% en 2012

Le dentiste qui s'est installé à Orbec en 1995 vivait grand train. Plus de 20.000 euros de revenus mensuels. Des dépenses carte bleue pour plus de 10.000 euros. Plusieurs maisons dont une de 360m² à Orbec, deux cabinets dentaires à Orbec et à Trun dans l'Orne. Originaire d'un milieu aisé au Liban, il dit être dentiste "par vocation, pas pour s'enrichir". Il reconnait des erreurs. Mais nie l'élément intentionnel. La présidente s'étonne que les erreurs aient toujours été en sa faveur. Les gendarmes constatent un flou dans sa gestion. Les sommes d'argent transférées d'un compte à un autre, professionnel ou personnel. 25 prêts différents en cours : immobiliers, professionnels ou à la consommation sur trois ans pour un montant de plus de trois millions d'euros. Son taux d'endettement est de 143% en 2012 ! "Un surendettement massif qui peut expliquer la fraude à la CPAM ?" suggère la présidente.
Rupture du lien de confiance entre médecins et patients

En 2015, il a été radié par le conseil de l'ordre qui relève "des fautes et des fraudes d'une ampleur exceptionnelle et d'une particulière gravité". Lui se dit victime d'acharnement. "Ils étaient contents de se débarrasser de moi". Faux répond l'avocat de l'ordre, "il s'enferme dans le déni. Ses agissements sont de nature à entacher la confiance des patients. Des gens ont perdu leurs dents de manière irréversible" rappelle-t-il. Il obtient 3.000 euros de dommages et intérêts. Le tribunal, "convaincu de sa mauvaise foi", condamne l'ancien dentiste à trois de prison dont un assorti du sursis. Assommé par la décision, l'ancien praticien devrait faire appel.


Retourner vers « Discussions générales »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités