Pénurie de dentistes .

Pour parler de tout ce que vous voulez
Invité

Pénurie de dentistes .

Messagepar Invité » sam. 31 août 2019 09:27

2018, nous avons atteint un stade jusqu’alors inédit de pénurie de praticiens dentaire en région. Dans certains départements, le nombre de dentistes est inférieur à 10 dans un rayon de 50 kilomètres autour du domicile du patient. Un véritable fléau contre lequel tentent de lutter les autorités publiques en postant des annonces de recrutement de dentiste. Malheureusement, le nombre de dentistes diplômés est en baisse et certaines régions peinent à attirer de nouveaux praticiens. Découvrons ensemble l’étendue de cette pénurie de dentistes, ainsi que les moyens que nous pouvons mettre en place pour lutter contre. Vous êtes prêts ? On vous dit tout !



Une pénurie de dentistes généralisée !

En tant qu’experts du recrutement médical en France, nous sommes au courant des difficultés que rencontrent certaines communes pour attirer de nouveaux praticiens dentistes. C’est un problème majeur dans certains départements tels que le Finistère, où la ville de Morlaix ne compte qu’en tout, 12 dentistes dans l’agglomération. Rendez-vous compte : 12 dentistes pour 24 000 habitants, cela fait un potentiel de 2000 patients chacun. Face à cela, les délais pour obtenir un rendez-vous sont titanesques et les patients n’hésitent plus à faire plusieurs dizaines de kilomètres pour consulter un médecin dentiste officiant en agglomération.



Quelles sont les raisons d’une telle pénurie de dentistes ?

Cette difficulté à trouver un dentiste en région s’explique assez simplement : un manque de renouvellement. En effet, pour reprendre le cas de la ville de Morlaix dans le Finistère, il s’avère que beaucoup de dentistes officiants dans la ville approchent de l’âge de la retraite. Aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 40% des dentistes de la région qui dépassent les 60 ans ! Lorsque ceux-ci partent à la retraite, ils ne trouvent pas nécessairement de successeurs et laissent derrière eux une clientèle qu’ils dispatchent entre leurs confrères. A terme, cela a pour conséquence d’allonger les délais de prise de rendez-vous et oblige les patients à se déporter vers les grandes agglomérations.



Quels sont les risques sanitaires d’une telle pénurie de dentistes ?

Si on est en droit de s’inquiéter de cette pénurie de dentistes, c’est en grande partie dû au risque sanitaire qui en découle. En effet, alors qu’on aurait pu espérer une baisse du nombre d’enfants souffrants de caries dentaires, leur nombre est en constante stagnation depuis 20 ans. Si les enfants sont vite sensibilisés à la question des caries, les parents n’arrivent pas forcément à les faire soigner lorsque ceux-ci en souffrent. Cela donne des problèmes graves lors de la pousse des dents définitives et peut entrainer des soins d’orthodontie majeurs à l’adolescence. Il convient donc de remédier à ce problème de recrutement de dentiste pour endiguer tout risque sanitaire auprès des populations les plus jeunes.



Optimiser votre recrutement de dentiste avec P&P Conseil

Chez P&P Conseil, nous faisons tout pour simplifier le recrutement de dentiste et ainsi empêcher la prolifération de déserts médicaux, surtout en région. Pour cela, nous avons mis en place une plateforme de recrutement de médecin sur laquelle vous pouvez retrouver des annonces médicales de recrutement de dentiste. Que vous soyez un médecin dentiste ou une commune cherchant à recruter pour votre cabinet dentaire, n’hésitez pas à nous contacter, nous nous ferons une joie de trouver un profil adéquat pour votre recrutement de dentiste !




P&P Conseil


   
18 Rue Rémy Dumoncel
75014 Paris
FRANCE
Tél: +33 (0)1 40 47 92 88
Fax: +33 (0)9 72 11 95 37
Email : contact@pnp-conseil.com


Liens
Blog et actualités médicales
Centre National de Gestion des Praticiens Hospitaliers
Club des étudiants en Médecine
Conseil National de l’Ordre des Médecins
Emploi Médical

Bureau RDF ;

Re: Pénurie de dentistes .

Messagepar Bureau RDF ; » lun. 2 sept. 2019 13:32

[bLa pénurie de dentiste sur notre territoire démontre manifestement que le monopole dentaire est incapable à satisfaire la demande des services comme dans le cas de l'affaire C-41/90 Hôfner .( Parlement Européen. Rec1990, p. 161979 . ) .][/b]

Invité

Re: Pénurie de dentistes .

Messagepar Invité » mar. 3 sept. 2019 16:26

La désertification médicale ne touche pas que les campagnes. Dans certaines spécialités, les villes aussi sont touchées. À l’image de Morlaix, qui manque cruellement de chirurgiens-dentistes. D’ici quelques semaines, ils ne seront plus que 12 à exercer en libéral dans la cité du Viaduc. Ce qui ne va pas sans poser des problèmes aux patients.



L’annuaire dentaire 2018 de Morlaix ne pèse pas lourd. Une demi-page suffit en effet amplement à recenser les chirurgiens dentistes exerçant en ville. D’ici quelques semaines, ils ne seront plus que 12, auxquels on peut ajouter deux Saint-Martinois et autant de Plourinoises si on regarde à l’échelle du grand Morlaix. Seize dentistes pour 24.000 habitants, donc. C’est peu. D’autant que la plupart des cabinets sont surchargés. Ils ne prennent plus de nouveaux patients. Ou au compte-gouttes. Même en cas d’urgence, il est devenu compliqué de se faire soigner. Et les délais s’allongent. On l’a testé pour vous. Des témoignages le confirment.


Des dentistes âgés



« Il y a peu, j’ai eu une rage de dents, raconte Nolan, 37 ans. Ma femme, qui avait pris rendez-vous chez son dentiste, a voulu me laisser sa place. Impossible pour une urgence. Dans un rayon de 15 km autour de Morlaix, il n’y avait rien avant cinq jours. J’ai fini par trouver un créneau chez

Tic tac

Re: Pénurie de dentistes .

Messagepar Tic tac » mer. 4 sept. 2019 13:39

Vous rajoutez à cela la profession qui se féminise , et avec une nouvelle génération élevée au biberon des 35h , même installé à leur compte ne travaillent pas plus 3 jours et demi par semaine !! Avant les dentistes qui choisissaient ce métier par vocation , travaillaient même le samedi , (vous en connaissez beaucoup qui le font encore !) Cela explique en partie cette pénurie .
C’est un gros problème car ,ne travaillant presque qu’à mi-temps, ils sont dans une obligation de rentabilité ,donc pas d’urgences , peu de soins conservateurs ...etc ...des clients (et non pas patients ,triés sur le volet) et priorité à la vente de prothèses !! Quelle dommage , cette dégradation de l’image d’une si belle profession autrefois respecté par tout le monde y compris le corps médical .

Avatar du membre
BenDenturo
Messages : 866
Enregistré le : ven. 17 avr. 2015 13:27
Contact :

Re: Pénurie de dentistes .

Messagepar BenDenturo » dim. 15 sept. 2019 01:56

Cher Tic tac, tu résumes le paysage et un certain visage de la profession dentaire *, mais en fait, peu nous chaud de ce que sont devenus les dentistes, il faut les remercier d'avoir ouvert la route à la Denturologie , pour cela nous devons les remercier !!!

* Bien que dans mon coin ça transpire jusqu'à 10 heures du soir 5 jours par semaine .... chez toi ils ont l'air plus calme !!!

Un ami

Re: Pénurie de dentistes .

Messagepar Un ami » lun. 16 sept. 2019 09:23

Selon une étude prospective de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques, la DREES, commune au ministère de la santé, de la jeunesse et des sports et au ministère du travail, des relations sociales et de la solidarité, la densité de chirurgiens-dentistes passerait de 65 pour 100 000 habitants aujourd'hui à 40 pour 100 000 habitants en 2030. Alors que 40 300 professionnels exerçaient au 31 décembre 2006, ils ne seraient plus que 27 000 en 2030, soit un effectif similaire à celui de la fin des années 1970.
:hi:

suite :

Re: Pénurie de dentistes .

Messagepar suite : » lun. 16 sept. 2019 09:26

A l'heure où le problème du manque de médecins notamment dans le monde rural se pose à notre pays et où l'obligation de légiférer provoque de nombreuses manifestations de la part des internes en médecine, les conseils de l'ordre sont de plus en plus sollicités pour délivrer des autorisations d'exercice à des médecins roumains et bulgares. Aussi, il apparaît urgent d'anticiper les problèmes amenés à se présenter dans le domaine dentaire durant les prochaines années plutôt que de les subir.

La Grosse Bertha .

Re: Pénurie de dentistes .

Messagepar La Grosse Bertha . » mar. 24 sept. 2019 16:20

Manque de dentistes, ce n'est pas une invention des denturologistes .


Chaque matin, l’actualité du jour sélectionnée par Ouest-France

Il n'y a pas que les médecins qui désertent les zones rurales. Il en est de même pour les chirurgiens-dentistes, devenus de plus en plus rares à la campagne.

Nom de nom, qu'est-ce que ça fait mal ! Une rage de dents, ce n'est pas mortel. Mais s'il faut faire des kilomètres pour se soigner, ce n'est pas juste !

À Châteaulin, par exemple, un dentiste installé sur la place depuis plusieurs années, appelons-le Jean Dupont (1), fait les comptes et rassemble ses souvenirs : « En 1979, nous étions six dentistes à Châteaulin. En 1990, il y avait huit dentistes en ville. L'an dernier, nous étions quatre, sans salariés, et tous âgés de plus de 60 ans ».
« On refuse des patients tous les jours »

Conséquence directe : « Tous les jours, on refuse des patients dans les cabinets de Châteaulin. On n'est vraiment pas assez. Il y a trois ans, deux cabinets dentaires ont été mis en vente à Châteaulin. Aucun n'a trouvé preneur ».

Lui qui connaît finement les arcanes de la profession en Centre-Finistère s'inquiète pour le renouvellement des chirurgiens-dentistes : « Le seul jeune qui est venu s'installer à Châteaulin - il avait une trentaine d'années - est resté une dizaine d'années seulement. Il vient juste de partir à Brest. »

Pénurie, suite :

Re: Pénurie de dentistes .

Messagepar Pénurie, suite : » mar. 24 sept. 2019 16:25

La désertification médicale ne touche pas que les campagnes. Dans certaines spécialités, les villes aussi sont touchées. À l'image de Morlaix, qui manque cruellement de chirurgiens-dentistes. D'ici quelques semaines, ils ne seront plus que 12 à exercer en libéral dans la cité du Viaduc. Ce qui ne va pas sans poser des problèmes aux patients.

L'annuaire dentaire 2018 de Morlaix ne pèse pas lourd. Une demi-page suffit en effet amplement à recenser les chirurgiens dentistes exerçant en ville. D'ici quelques semaines, ils ne seront plus que 12, auxquels on peut ajouter deux Saint-Martinois et autant de Plourinoises si on regarde à l'échelle du grand Morlaix. Seize dentistes pour 24.000 habitants, donc. C'est peu. D'autant que la plupart des cabinets sont surchargés. Ils ne prennent plus de nouveaux patients. Ou au compte-gouttes. Même en cas d'urgence, il est devenu compliqué de se faire soigner. Et les délais s'allongent. On l'a testé pour vous. Des témoignages le confirment.
Des dentistes âgés

« Il y a peu, j'ai eu une rage de dents, raconte Nolan, 37 ans. Ma femme, qui avait pris rendez-vous chez son dentiste, a voulu me laisser sa place. Impossible pour une urgence. Dans un rayon de 15 km autour de Morlaix, il n'y avait rien avant cinq jours. J'ai fini par trouver un créneau chez le dentiste de famille. À Plougastel. » Adeline, Plouezoc'hoise de 36 ans, a quant à elle attendu un mois avant d'être reçue en urgence. « Pour tenir jusque-là, mon dentiste m'avait prescrit des antibiotiques et des antidouleur », se souvient-elle. Saint-Martinois de 56 ans, François, lui, n'a pour l'instant aucun problème dentaire. Mais il est inquiet. « Mon dentiste a pris sa retraite sans trouver de successeur. Et c'est complet partout. » Malgré ce constat alarmant, et alors que les dentistes âgés de plus de 60 ans représentaient, fin 2016, 42,9 % des praticiens de la cité du Viaduc, l'Agence régionale de Santé (ARS) ne considère toujours pas le pays de Morlaix, classé en « zone intermédiaire », comme étant en difficulté au niveau de l'offre de soins dentaires. Il y a pire ailleurs. Et comme elle réserve ses aides à ces zones « très sous-dotées » (seul le secteur d'Huelgoat est concerné dans le département), le territoire morlaisien n'est pas près de rattraper Brest, Pont-de-Buis ou Plonéour-Lanvern (« très dotées »). Et encore moins Quimper ou Pont-L'Abbé (

© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/m ... cgrp8Lz.99

Pénurie suite ..

Re: Pénurie de dentistes .

Messagepar Pénurie suite .. » mar. 24 sept. 2019 16:31

La pénurie de dentistes engorge les urgences dentaires, accessibles sans rendez-vous le dimanche matin et les jours fériés. Reportage dans un cabinet de garde au bord de la crise de nerfs.

Baptiste a eu tout juste l’énergie pour enfiler un survêtement. À peine arrivé au premier étage de cette résidence du quartier Monplaisir, il s’est allongé dans le couloir, à même le sol, une poche de glace appliquée contre sa joue en feu, devant l’entrée du dentiste qui assure ce dimanche matin là la permanence de garde autour de l’agglomération angevine.

Ce Trélazéen de 22 ans souffre le martyre depuis le vendredi soir. Un abcès, conséquence d’une ancienne extraction de dents de sagesse, s’est réveillé. « "C’était impossible de trouver un dentiste samedi»" , se désole sa mère qui attend fébrilement que leur tour arrive. "«Le Doliprane ne lui fait plus rien. Il y a dix personnes devant nous. Il faut faire vite car il a son examen de BTS demain" ».
Les consultations s’enchaînent

La salle d’attente ne désemplit pas. Les consultations sans rendez-vous s’enchaînent dans l’ordre d’arrivée. Certains patients reconnaissent avoir tiré la sonnette un peu par facilité : « "Je suis arrivé à Angers il y a deux ans mais je n’ai toujours pas de dentiste attitré. J’avais besoin de soigner une carie. J’ai payé 53 euros mais j’ai présenté ma carte Vitale*. Et je n’ai attendu qu’une vingtaine de minutes" », raconte Julien, 30 ans, qui s’en sort donc plutôt bien.

« "J’ai mal à une dent mais c’est apparemment lié à ma sinusite. Je fais partie des gens qui ont consulté pour une urgence qui n’en est pas vraiment une. Si j’avais su, j’aurais fait autre chose de ma matinée" … », s’excuse Pauline, 32 ans.
«Mon dentiste est prêt à me prendre… dans un mois»

Dans l’escalier, elle croise Philippe, 20 ans, le visage déformé. Lui vient de se « "taper trente bornes depuis Segré" » dans l’espoir d’apaiser des douleurs devenues insupportables. « "J’étais à deux doigts de partir au CHU de Nantes qui, contrairement à celui d’Angers, propose un service d’urgences dentaires. Mon dentiste était prêt à me prendre mais seulement dans un mois" », se lamente le jeune maçon. "«Je ne mange plus, je ne bois plus, je ne dors plus. La douleur monte jusque dans le crâne" », ajoute-t-il en pointant ses dents de sagesse qui lui « "écartent les gencives" ». Sa compagne, enceinte, ne peut que compatir : « "On a dû appeler tous les cabinets de l’agglo cette semaine. Pas un seul ne pouvait le prendre" ».
«C’est pénible, juste infernal»

À l’assistante qui lui tend un formulaire, Philippe reconnaît s’être fait prescrire des antibiotiques depuis la veille. « " Le dentiste ne vous donnera rien de plus. Il faut attendre 48 heures pour que ça fasse effet. On ne pourra pas faire au mieux qu’une radio de contrôle pour s’assurer qu’il n’y a pas autre chose" », lui répond celle qui aussi doit jongler avec le standard téléphonique en surchauffe.


Retourner vers « Discussions générales »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité