Courrier Ministère de la Santé .

Pour parler de tout ce que vous voulez
Andhy cap

Re: Courrier Ministère de la Santé .

Messagepar Andhy cap » ven. 30 août 2019 13:32

Myriam El Khomri chargée d’une mission pour lutter contre la pénurie dans les métiers de l’Autonomie.

5Juil 2019
Ajouter un commentaire

Dans son rapport sur la dépendance remis le 28 mars et qui doit servir de base au futur projet de loi Grand Âge et autonomie (voir notre article ci-dessous du même jour), Dominique Libault, le président du Haut Conseil du financement de la protection sociale, consacre un chapitre et plusieurs propositions à la question des métiers du grand âge. Il demande notamment « un investissement fort et urgent dans l’attractivité́ des métiers et les compétences ». Un message entendu par le gouvernement, puisqu’Agnès Buzyn vient de confier à Myriam El Khomri, conseillère de Paris (PS) et ancienne ministre du Travail dans les gouvernements de Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, une mission sur l’attractivité des métiers du grand âge.

Dans un communiqué du 3 juillet, la ministre des Solidarités et de la Santé rappelle que la revalorisation de ces métiers figurera « parmi les axes majeurs » de la réforme. Ces professions regroupent environ 830.000 personnes travaillant auprès des personnes âgées en perte d’autonomie et leur nombre devrait s’accroître d’environ 20% dans les prochaines années du seul fait de l’évolution démographique, « sans tenir compte des hausses des effectifs qui seront nécessaires pour améliorer la qualité́ des prises en charge ».

La mission de Myriam El Khomri sera donc clairement centrée sur les moyens de remédier à la pénurie de personnels dans ce secteur, dans les services à domicile comme dans les Ehpad (voir nos articles ci-dessous du 14 septembre et du 19 juin 2018). Myriam El Khomri devra notamment « identifier les leviers permettant d’attirer davantage de jeunes et de personnes éloignées de l’emploi vers les métiers du grand âge ». Il est également prévu de mener « un travail de fond » sur la polyvalence des formations et des compétences, afin de renforcer l’attractivité de ces métiers, de faciliter la mobilité professionnelle et mieux répondre aux personnes en perte d’autonomie. Autre axe important : la recherche d’un décloisonnement entre les établissements et les services à domicile (ce qui posera inévitablement la question des statuts publics et privés). Les premières propositions devraient sont attendues « dès l’automne, mais aussi sur le temps long, Myriam El Khomri devant proposer un mode d’organisation pérenne pour que le sujet des métiers du grand âge soit mieux piloté, en concertation avec les parties prenantes concernées ».

Pour mémoire, le rapport de Dominique Libault propose notamment des « hausses de rémunération ciblées », en particulier à domicile – que le communiqué du ministère n’évoque pas –, mais aussi d' »engager une montée en compétence de l’ensemble des professionnels du grand âge, tout en ouvrant des perspectives de carrière et en facilitant les reconversions professionnelles.

Pour aller plus loin
•Le communiqué d’Agnès Buzyn du 3 juillet 2019.
•Le discours d’Agnès Buzyn lors de la présentation de la mission.
•Le rapport Libault sur la dépendance (voir pages 39 et suivantes).

Source : https://www.banquedesterritoires.fr/myr ... tter_hebdo

Invité

Re: Courrier Ministère de la Santé .

Messagepar Invité » ven. 30 août 2019 13:40

Bonjour, c'est très difficile de vous laisser des informations . :dontknow:

Myriam El Khomri chargée d’une mission pour lutter contre la pénurie dans les métiers de l’Autonomie.

5Juil 2019
Ajouter un commentaire

Dans son rapport sur la dépendance remis le 28 mars et qui doit servir de base au futur projet de loi Grand Âge et autonomie (voir notre article ci-dessous du même jour), Dominique Libault, le président du Haut Conseil du financement de la protection sociale, consacre un chapitre et plusieurs propositions à la question des métiers du grand âge. Il demande notamment « un investissement fort et urgent dans l’attractivité́ des métiers et les compétences ». Un message entendu par le gouvernement, puisqu’Agnès Buzyn vient de confier à Myriam El Khomri, conseillère de Paris (PS) et ancienne ministre du Travail dans les gouvernements de Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, une mission sur l’attractivité des métiers du grand âge.

Dans un communiqué du 3 juillet, la ministre des Solidarités et de la Santé rappelle que la revalorisation de ces métiers figurera « parmi les axes majeurs » de la réforme. Ces professions regroupent environ 830.000 personnes travaillant auprès des personnes âgées en perte d’autonomie et leur nombre devrait s’accroître d’environ 20% dans les prochaines années du seul fait de l’évolution démographique, « sans tenir compte des hausses des effectifs qui seront nécessaires pour améliorer la qualité́ des prises en charge ».

La mission de Myriam El Khomri sera donc clairement centrée sur les moyens de remédier à la pénurie de personnels dans ce secteur, dans les services à domicile comme dans les Ehpad (voir nos articles ci-dessous du 14 septembre et du 19 juin 2018). Myriam El Khomri devra notamment « identifier les leviers permettant d’attirer davantage de jeunes et de personnes éloignées de l’emploi vers les métiers du grand âge ». Il est également prévu de mener « un travail de fond » sur la polyvalence des formations et des compétences, afin de renforcer l’attractivité de ces métiers, de faciliter la mobilité professionnelle et mieux répondre aux personnes en perte d’autonomie. Autre axe important : la recherche d’un décloisonnement entre les établissements et les services à domicile (ce qui posera inévitablement la question des statuts publics et privés). Les premières propositions devraient sont attendues « dès l’automne, mais aussi sur le temps long, Myriam El Khomri devant proposer un mode d’organisation pérenne pour que le sujet des métiers du grand âge soit mieux piloté, en concertation avec les parties prenantes concernées ».

Pour mémoire, le rapport de Dominique Libault propose notamment des « hausses de rémunération ciblées », en particulier à domicile – que le communiqué du ministère n’évoque pas –, mais aussi d' »engager une montée en compétence de l’ensemble des professionnels du grand âge, tout en ouvrant des perspectives de carrière et en facilitant les reconversions professionnelles.

Pour aller plus loin
•Le communiqué d’Agnès Buzyn du 3 juillet 2019.
•Le discours d’Agnès Buzyn lors de la présentation de la mission.
•Le rapport Libault sur la dépendance (voir pages 39 et suivantes).

Source : https://www.banquedesterritoires.fr/myr ... tter_hebdo

Bureau RDF .

Re: Courrier Ministère de la Santé .

Messagepar Bureau RDF . » sam. 31 août 2019 14:00

Vous aurez compris que la pénurie de dentiste concerne en partie votre mission, je m'explique :

Les personnes âgées plus que tout autre patient a obligatoirement recours à des prothèses dentaires, pour leur sourire bien entendu, mais surtout pour mâcher et donc manger normalement , un manque,ou de mauvaises prothèses ou encore des " dentiers " trop usées entrainent alors de nombreuses pathologies irréversibles .

Or à ce jour, il n'existe que les dentistes pour remédier à ce handicap , malheureusement il n'existe pas de cabinet dentaire en EPHAD et peu de dentistes se déplacent dans ces cas là .
Sachez que pour avoir une prothèse dentaire neuve, les résidents d'HEPAD ou simplement les personnes vivant encore dans leur domicile et qui ne peuvent plus se mouvoir, sont obligés d'avoir recours a des VLS ou des taxis conventionnés pour se rendre chez un dentiste,, sachez aussi que dans ces cas là pour avoir une prothèse chez un dentiste, il faut au moins 6 à 7 rendez vous chez le praticien, soit rien qu'avec 6 rendez vous il y a 12 transports du patient ! 12 transports qui coûtent un "pognon de dingue " à la sécurité sociale !
De fait des milliers de personnes âgées ne peuvent pas se fournir en prothèses surtout si vous y rajoutez le fait que les dentistes revendent les prothèses qu'ils achètent au prothésistes dentaires sont revendues au patient avec une marge allant jusqu'à 10 plus que leur prix d'achat .

Ce que je vous décris là représente une véritable misère prothétique qui ne devrait plu exister dans notre pays .

Les dentistes sont formés pour faire de la prévention et pour prodiguer des soins, les prothèses qu'ils posent sont commandées à des fabricants : les prothésistes dentaires !
Les prothésistes n'ont pas le droit de vendre et de fabriquer directement les prothèses pour les patients-consommateurs, même pas celui de réparer un simple " dentier" cassé !

Me voici au coeur du sujet de votre mission , la recherche de métier pour le grand âge , je vous informe donc qu'une profession est capable de résoudre ce problème crucial des prothèses dentaires :

La DENTUROLOGIE !

Dans mon prochain courriel je vous dirai ce qu'est cet exercice professionnel vieux de plus de 70 ans, qui existe dans la CEE et dans le monde entier et qui apporte une solution non seulement à la pénurie de dentistes , aux besoins bucco-dentaires des patients qui ont besoin de prothèses AMOVIBLES uniquement mais surtout aux personnes âgées victimes de ce handicap : le manque de dents partiels ou total .

Cordialement .

Benhaim
Messages : 12
Enregistré le : lun. 21 déc. 2015 13:10
Contact :

Re: Courrier Ministère de la Santé .

Messagepar Benhaim » sam. 31 août 2019 14:32

Vous avez compris que le courrier ci-dessus est parti chez Madame El Khomri, vous savez la dame de la loi travail !!

Un ami .

Re: Courrier Ministère de la Santé .

Messagepar Un ami . » dim. 1 sept. 2019 08:54

M. Patrick TOULMET, Artisan prothésiste dentaire à Pierrefitte-sur-Seine vient d’être nommé en tant que délégué interministériel au développement de l’apprentissage dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Après des études de prothèse dentaire à l’Ecole Nationale pour Handicapés de Garches, où il a obtenu son CAP, il fut salarié pendant 14 ans à Aubervilliers. Le 4 janvier 1988, il décide de s’installer en qualité d’artisan prothésiste dentaire à Pierrefitte-sur-Seine. Il a participé à la vie de notre organisation professionnelle au travers du Syndicat des prothésistes dentaires de la région parisienne. Il est Président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de la Seine-Saint-Denis depuis le 5 décembre 2005.



L’homme a un double avantage : Président de la chambre des Métiers de Seine-Saint-Denis depuis 2005, il connait bien l’apprentissage et les quartiers difficiles.

Mais Patrick Toulmet est aussi un macroniste de la toute première heure, puisque c’est dans son CFA, à Bobigny, qu’Emmanuel Macron a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle…

«Au-delà de mon engagement politique et de ma mission pour l’apprentissage dans les quartiers prioritaires, je garde un attachement profond à ma profession de prothésiste dentaire. Mon cœur penchera toujours vers mon métier d’origine qui m’a permis d’en arriver là. De toutes mes années passées à la cheville dans mon laboratoire, je garde des souvenirs intenses et je ne manquerai pas de relayer au cours de mes travaux les difficultés rencontrées par les laboratoires de prothèse dentaire pour recruter et former des apprentis afin de trouver des solutions pour un métier d’avenir» déclare Patruck TOULMET

Un ami .

Re: Courrier Ministère de la Santé .

Messagepar Un ami . » dim. 1 sept. 2019 09:43

Toujours piraté à c que je vois, est ce que vous travaillez avec ce prothésiste ? L'avez vous contactez ? Il doit pouvoir vous aider ?
Amicalement . :hi:

Ami belge

Re: Courrier Ministère de la Santé .

Messagepar Ami belge » lun. 2 sept. 2019 15:51

La profession d'hygiéniste bucco-dentaire est une nouvelle profession des soins de santé en Belgique dont le but est d'améliorer l'accès à des soins bucco-dentaires préventifs de qualité.

Les hygiénistes bucco-dentaires peuvent assister les dentistes et les médecins dans la promotion de la santé buccale de la population belge.

Vous trouverez ci-dessous des questions fréquemment posées :
Que fait l'hygiéniste bucco-dentaire ?
Quelle formation faut-il suivre pour pouvoir exercer la profession ?
Quelle est l'origine de cette profession ?
Où trouver la liste des personnes autorisées à exercer la profession ?
Comment obtenir un visa pour pouvoir exercer la profession ?
Comment demander un agrément ?
Pouvez-vous travailler en Belgique en tant qu’ hygiéniste bucco-dentaire avec un diplôme étranger ?
Quelle est la réglementation de la profession en Belgique ?
Où trouver les avis donnés sur cette profession ?
Avez-vous d’autres questions ?
Que fait l'hygiéniste bucco-dentaire ?

L’hygiéniste bucco-dentaire effectue des actes essentiellement préventifs, à savoir des actes dans la bouche du patient destinés à prévenir les pathologies et, le cas échéant, à les guérir ainsi qu’à préserver ou à optimiser la santé buccale. L'hygiéniste bucco-dentaire travaille en étroite collaboration avec des dentistes, des dentistes spécialistes et des médecins spécialistes en stomatologie (et chirurgie orale et maxillo-faciale).

L'exercice de la profession d'hygiéniste bucco-dentaire comprend des prestations autonomes, des prestations techniques sur prescription et des actes confiés à l'hygiéniste bucco-dentaire par le dentiste (ou le médecin).

L'hygiéniste peut travailler notamment dans la première ligne de soins, dans un cabinet de dentiste, mais aussi dans les hôpitaux, les centres d'hébergement et de soins, les maisons de repos et de soins, les institutions pour personnes handicapées, les établissements de soins de santé mentale,…

Top
Quelle formation faut-il suivre pour pouvoir exercer la profession ?

L’hygiéniste bucco-dentaire doit être titulaire d'un diplôme d'une formation de l'enseignement supérieur d'au moins 180 crédits ECTS et dont le programme de formation répond aux exigences énumérées à l'article 3 de l'arrêté royal du 28 mars 2018(link is external). Il précise notamment les matières théoriques et pratiques qui doivent être couvertes pendant la formation d'hygiéniste bucco-dentaire.

Si vous répondez aux conditions de qualification minimales, vous êtes admissible à un agrément et un visa en tant qu'hygiéniste bucco-dentaire. Après avoir terminé la formation, les hygiénistes bucco-dentaires doivent entretenir et mettre à jour leurs connaissances et compétences professionnelles par une formation continue d’au moins 15 heures par an.

Le Gouvernement fédéral est compétent pour définir les conditions de qualification minimales pour l'exercice des professions des soins de santé. Les Communautés sont compétentes pour l'interprétation des conditions de qualification minimales et l'organisation de l’enseignement. Vous trouverez plus d'informations sur leur site web :
Enseignement en Communauté française(link is external)
Enseignement en Communauté germanophone(link is external)
Enseignement en Communauté flamande(link is external)

Top
Quelle est l'origine de cette profession ?

En 2013, le Conseil de l'art dentaire a conseillé à la ministre de la Santé publique la création d'une nouvelle profession pour les assister dans le domaine des soins bucco-dentaires afin de continuer à répondre à l'évolution des besoins de soins et de pouvoir ainsi déléguer certaines tâches (avis CAD 2013/02(link is external)).

En vue de la création d'une nouvelle profession d'appui dans les soins bucco-dentaires, la ministre de la Santé publique, madame Maggie De Block, a pris deux initiatives législatives :
par l'arrêté royal du 20 février 2017 modifiant la liste des professions paramédicales, les "soins bucco-dentaires" ont été ajoutés à la liste des professions paramédicales ;
par la loi du 11 août 2017 portant des dispositions diverses en matière de santé, la possibilité a été créée pour un dentiste de déléguer des actes relatifs à l'art dentaire à des professions paramédicales et à des praticiens de l'art infirmier.

La ministre a ensuite recueilli les avis du Conseil fédéral des professions paramédicales et de la Commission technique des professions paramédicales pour déterminer le titre professionnel, les critères d'agrément et les actes de la profession paramédicale des "soins bucco-dentaires" (avis CFPP 2017/06(link is external) et avis CTPP 2017/03(link is external)). Ces avis ont servi de base à l'arrêté royal du 28/03/18 relatif à la profession d'hygiéniste bucco-dentaire.

Top
Où trouver la liste des personnes autorisées à exercer la profession ?

Vous pouvez trouver ici la liste des détenteurs d’un visa leur permettant d’exercer (une partie d') une profession paramédicale. Vous pouvez sélectionner dans la liste les personnes avec la profession d’hygiéniste bucco-dentaire.

Les personnes marquées d’un astérisque (*) sont celles qui bénéficient d’une dérogation. Elles ont un visa limité qui ne leur permet d’accomplir que l’une ou plusieurs prestations et/ou actes relevant de la profession paramédicale. Pour savoir de quelles prestations ou actes il s’agit, renseignez-vous auprès du praticien concerné.

Top
Comment obtenir un visa pour pouvoir exercer la profession ?

Après avoir reçu un agrément ou une dérogation de l'une des Communautés, vous recevrez automatiquement votre visa du SPF Santé publique. Vous n'avez donc pas de démarches à entreprendre vers nous : c'est la Communauté concernée qui assure le suivi de votre dossier.

Vous avez désormais accès à votre visa sur notre portail de téléchargement(This hyperlink opens a new window) dès qu’il vous a été attribué. Vous pouvez alors le télécharger à tout moment avec votre carte d’identité électronique (eID) ou l’application « Itsme ».

Si vous avez obtenu votre diplôme à l’étranger, vous devez par contre demander un visa pour pouvoir travailler en Belgique. Suivez ensuite cette procédure.

Top
Comment demander un agrément ?

Les Communautés octroient les agréments :
Pour les dossiers francophones, vous pouvez vous adresser à la Communauté française(link is external)
Pour les dossiers germanophones, vous pouvez vous adresser à la Communauté germanophone(link is external)
Pour les dossiers néerlandophones, vous pouvez vous adresser à la Communauté flamande(link is external)

Top
Pouvez-vous travailler en Belgique en tant qu’hygiéniste bucco-dentaire avec un diplôme étranger ?

Si vous souhaitez exercer la profession d'hygiéniste bucco-dentaire en Belgique avec un diplôme étranger, vous devez disposer d’un visa et d’un agrément ou d’une équivalence de votre diplôme étranger.

Pour faire une demande, suivez cette procédure.

Top
Quelle est la réglementation de la profession en Belgique ?

Le chapitre 7 de la Loi coordonnée du 10 mai 2015 relative à l'exercice des professions des soins de santé(link is external) définit les règles de base sur l’exercice des professions paramédicales.

L’AR du 2 juillet 2009(link is external) définit que l’exercice des soins bucco-dentaires est une profession paramédicale.

L'AR du 28 mars 2018(link is external) précise :
Le titre professionnel d’hygiéniste bucco-dentaire.
Les conditions de qualification minimales auxquelles il faut répondre pour pouvoir exercer la profession d’hygiéniste bucco-dentaire.
Les prestations techniques que l’hygiéniste bucco-dentaire peut exécuter.
Les actes qu’un médecin peut confier à un hygiéniste bucco-dentaire.
Les conditions moyennant lesquelles les prestations techniques et les actes confiés peuvent être accomplis, comme l'obligation d'avoir une prescription.

Prendre contactEurostation II
Place Victor Horta, 40 bte 10
1060 Bruxelles

+32 (0)2 524.97.97


.

Zorro .

Re: Courrier Ministère de la Santé .

Messagepar Zorro . » mar. 3 sept. 2019 06:45

Une bien belle histoire belge :haha: pauvre FRANCE .:cray:

Bureau RDF .

Re: Courrier Ministère de la Santé .

Messagepar Bureau RDF . » dim. 15 sept. 2019 15:51

bjet: RE: Denturologie et handicap .

Bonjour Monsieur BEN HAIM,

Nous avons informé madame El Khomri que la denturologie existait , ce qu'elle sait depuis belle lurette, entendu qu'elle a fait partie de la bande à Hollande qui n'a rien fait pour nous, cette dame recherche des professions pour accompagner le handicap, et nous nous corrigeons le handicap §
Peut on dire qu'elle refile le bébé à autrui à un autre service ? Oui, nous pouvons le dire ! :dash1:

Voici sa réponse :

Nous l’avons transféré au secrétariat de direction. Nous n’avons pas le nom de la personne qui sera en charge de votre mail mais soyez assuré que vous serez contacté si besoin.



Bien cordialement,



Mesdames Emilie GUELLE – Evelyne POLICIEUX – Angélique MERCIER

Secrétariat de Madame Myriam EL KHOMRI

Ancienne Ministre

Chargée de la mission sur l’attractivité des métiers du grand Age

Ministère des solidarités et de la santé

14 avenue Duquesne

75007 - Paris

01.40.56.55.01


Sujet remonté par Anonymous le dim. 15 sept. 2019 15:51.


Retourner vers « Discussions générales »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité