Au nom de la (sainte) santé publique !

Pour parler de tout ce que vous voulez
Invité

Au nom de la (sainte) santé publique !

Messagepar Invité » mar. 12 déc. 2017 10:54

Certains prothésistes se posent quelques questions, dont ceux de l'ADP : Association Perspectives Dentaires. On laisse seul juge ! :big_boss:

"Edito 340

Au nom de la santé publique

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD s’est battue tous azimuts pour faire changer la loi, afin que le patient ne connaisse pas le prix d’achat de la prothèse dentaire ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires refusent la dissociation des actes prothétiques et la facturation directe au laboratoire ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires refusent de rendre obligatoire la remise du certificat de conformité d'un DMSM au patient porteur de ce dernier ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires refusent de suivre ou soigner des patients s'étant fait poser des implants ou prothèses par des chirurgiens-dentistes à l'étranger ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires promotionnent dans leurs revues professionnelles, les prothèses low-cost d'Asie ou de Turquie qu'ils jugent pourtant de moindre qualité ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD refuse la carte de traçabilité des prothèses dentaires au sein des administrations européennes ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que de nombreux chirurgiens-dentistes refusent de soigner les bénéficiaires de la CMU , voire éventuellement de leur fabriquer leur prothèse ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que de nombreux chirurgiens-dentistes s'équipent de machines-outils pour fabriquer les DMSM qu'ils prescrivent plutôt que d'accueillir les milliers de patients qui ne trouvent pas de dentistes pour les recevoir et les soigner?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD refuse la profession d’hygiéniste en France ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD s’est opposée continuellement à un statut pour les assistants dentaires, exerçant souvent dans l’illégalité dans les cabinets dentaires ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que l’ONCD et la CNSD se sont opposés au nettoyage des prothèses dentaires dans les maisons de retraite ,par les prothésistes dentaires, devant le conseil de la concurrence ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD s’oppose à la réparation d’un appareil résine (sans empreintes) directement au patient, dans les laboratoires ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires s’opposent aux délégations de tâches et à la denturologie en France ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires s’opposeront à la prise d’empreinte numérique en milieu buccal par un prothésiste dentaire ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD s’est opposée à une formation universitaire pour les prothésistes dentaires ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que l’ONCD conteste le statut d’auxiliaire médical pour les épithésistes prothésistes dentaires ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires refusent officiellement de donner le nom des patients au laboratoire par secret médical, oubliant que nous sommes tenus par le secret professionnel ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD s’oppose à l’accès partiel des prothésistes dentaires dans la profession de dentiste auprès de la Cour de justice européenne (le secrétaire général de la FEPPD installé à Malte avait saisi cette juridiction)

Au nom de quel diktat, le statut d’artisan en France nous interdirait-il d’élever nos formations et nos champs de compétences professionnelles comme l’ont fait nos confrères européens ?

En réalité, les syndicats dentaires, en France, revendiquent pour leurs chirurgiens-dentistes, le monopole de toutes les activités ayant un lien avec la santé publique dentaire comme étant de leurs seules capacités professionnelles sans tenir compte des évolutions et besoins de notre population. Pourtant, dans de très nombreux pays développés confrontés aux mêmes problématiques, la profession de chirurgien-dentiste, comme celles de nombreuses professions médicales a dû évoluer pour répondre aux besoins croissants de patients de plus en plus nombreux, en créant des délégations de tâches ou de nouvelles professions paramédicales.

En France, la marchandisation de la prothèse dentaire est plus qu’une réalité depuis des décennies, mais un acquis, que les chirurgiens-dentistes défendent coute que coute, oubliant qu'en qualité de professionnels de santé, leur rôle premier est de pratiquer des actes de soins. L’acte prothétique clinique étant la conséquence d’un échec, dont les acteurs et les facteurs sont évidemment multiples, nous ne le nions pas.

Les prothésistes dentaires sont aussi des acteurs de santé publique. Ils œuvrent également dans l’intérêt du patient, comme leur confère le code de la santé (livre II titre 1er du CSP). Une véritable santé publique française nécessite que le secteur dentaire, et les esprits évoluent profondément et rapidement, débarrassée de tout corporatisme et sectarisme.

JJ Miller SG de l’APD
jjmiller@apd-asso.fr

dent1000O le vrai

Re: Au nom de la (sainte) santé publique !

Messagepar dent1000O le vrai » mar. 12 déc. 2017 14:48

SUITE à cette démonstration , je dirais que '' LES Prothésistes - Dentaires Denturologistes sont plus soucieux de la santé de milliers de personnes que les DENTISTES eux même....;

Malheureusement, le seul souci pour les '' DENTISTES '' est le GAIN........ PLUS...TOUJOURS PLUS.

Hi Hi

Re: Au nom de la (sainte) santé publique !

Messagepar Hi Hi » mar. 12 déc. 2017 15:47

Invité a écrit :Certains prothésistes se posent quelques questions, dont ceux de l'ADP : Association Perspectives Dentaires. On laisse seul juge ! :big_boss:

"Edito 340

Au nom de la santé publique

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD s’est battue tous azimuts pour faire changer la loi, afin que le patient ne connaisse pas le prix d’achat de la prothèse dentaire ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires refusent la dissociation des actes prothétiques et la facturation directe au laboratoire ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires refusent de rendre obligatoire la remise du certificat de conformité d'un DMSM au patient porteur de ce dernier ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires refusent de suivre ou soigner des patients s'étant fait poser des implants ou prothèses par des chirurgiens-dentistes à l'étranger ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires promotionnent dans leurs revues professionnelles, les prothèses low-cost d'Asie ou de Turquie qu'ils jugent pourtant de moindre qualité ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD refuse la carte de traçabilité des prothèses dentaires au sein des administrations européennes ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que de nombreux chirurgiens-dentistes refusent de soigner les bénéficiaires de la CMU , voire éventuellement de leur fabriquer leur prothèse ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que de nombreux chirurgiens-dentistes s'équipent de machines-outils pour fabriquer les DMSM qu'ils prescrivent plutôt que d'accueillir les milliers de patients qui ne trouvent pas de dentistes pour les recevoir et les soigner?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD refuse la profession d’hygiéniste en France ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD s’est opposée continuellement à un statut pour les assistants dentaires, exerçant souvent dans l’illégalité dans les cabinets dentaires ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que l’ONCD et la CNSD se sont opposés au nettoyage des prothèses dentaires dans les maisons de retraite ,par les prothésistes dentaires, devant le conseil de la concurrence ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD s’oppose à la réparation d’un appareil résine (sans empreintes) directement au patient, dans les laboratoires ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires s’opposent aux délégations de tâches et à la denturologie en France ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires s’opposeront à la prise d’empreinte numérique en milieu buccal par un prothésiste dentaire ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD s’est opposée à une formation universitaire pour les prothésistes dentaires ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que l’ONCD conteste le statut d’auxiliaire médical pour les épithésistes prothésistes dentaires ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires refusent officiellement de donner le nom des patients au laboratoire par secret médical, oubliant que nous sommes tenus par le secret professionnel ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD s’oppose à l’accès partiel des prothésistes dentaires dans la profession de dentiste auprès de la Cour de justice européenne (le secrétaire général de la FEPPD installé à Malte avait saisi cette juridiction)

Au nom de quel diktat, le statut d’artisan en France nous interdirait-il d’élever nos formations et nos champs de compétences professionnelles comme l’ont fait nos confrères européens ?

En réalité, les syndicats dentaires, en France, revendiquent pour leurs chirurgiens-dentistes, le monopole de toutes les activités ayant un lien avec la santé publique dentaire comme étant de leurs seules capacités professionnelles sans tenir compte des évolutions et besoins de notre population. Pourtant, dans de très nombreux pays développés confrontés aux mêmes problématiques, la profession de chirurgien-dentiste, comme celles de nombreuses professions médicales a dû évoluer pour répondre aux besoins croissants de patients de plus en plus nombreux, en créant des délégations de tâches ou de nouvelles professions paramédicales.

En France, la marchandisation de la prothèse dentaire est plus qu’une réalité depuis des décennies, mais un acquis, que les chirurgiens-dentistes défendent coute que coute, oubliant qu'en qualité de professionnels de santé, leur rôle premier est de pratiquer des actes de soins. L’acte prothétique clinique étant la conséquence d’un échec, dont les acteurs et les facteurs sont évidemment multiples, nous ne le nions pas.

Les prothésistes dentaires sont aussi des acteurs de santé publique. Ils œuvrent également dans l’intérêt du patient, comme leur confère le code de la santé (livre II titre 1er du CSP). Une véritable santé publique française nécessite que le secteur dentaire, et les esprits évoluent profondément et rapidement, débarrassée de tout corporatisme et sectarisme.

JJ Miller SG de l’APD
jjmiller@apd-asso.fr


Tissus de conneries ,ce syndicat a appris par cœur celles des illégaux, c'est pas ça qui en fait des vérités . La perle c'est quand il écrit que les prothésistes sont tenu au secret professionnel . Dent1000 est toujours aussi con . :heat:

Invité

Re: Au nom de la (sainte) santé publique !

Messagepar Invité » mar. 12 déc. 2017 17:32

Les dentistes sont obligés de commander les DMSM en accompagnant les prises de mesures de leur prescription . Prescription qui comporte obligatoirement le nom du patient.
Le plâtrier qui déballe les empreintes, l'étudiant qui le seconde, le chef de labo, le céramiste, la secrétaire, le comptable, les ARS, j'en oublie certainement, sont ils tous tenu au secret professionnels qui découle du secret médical ?

Un artisan est il tenu au secret professionnel ?

Affreuprotho
Messages : 671
Enregistré le : lun. 20 avr. 2015 07:16
Contact :

Re: Au nom de la (sainte) santé publique !

Messagepar Affreuprotho » mer. 13 déc. 2017 08:28

Hi Hi a écrit :
Invité a écrit :Certains prothésistes se posent quelques questions, dont ceux de l'ADP : Association Perspectives Dentaires. On laisse seul juge ! :big_boss:

"Edito 340

Au nom de la santé publique

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD s’est battue tous azimuts pour faire changer la loi, afin que le patient ne connaisse pas le prix d’achat de la prothèse dentaire ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires refusent la dissociation des actes prothétiques et la facturation directe au laboratoire ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires refusent de rendre obligatoire la remise du certificat de conformité d'un DMSM au patient porteur de ce dernier ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires refusent de suivre ou soigner des patients s'étant fait poser des implants ou prothèses par des chirurgiens-dentistes à l'étranger ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires promotionnent dans leurs revues professionnelles, les prothèses low-cost d'Asie ou de Turquie qu'ils jugent pourtant de moindre qualité ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD refuse la carte de traçabilité des prothèses dentaires au sein des administrations européennes ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que de nombreux chirurgiens-dentistes refusent de soigner les bénéficiaires de la CMU , voire éventuellement de leur fabriquer leur prothèse ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que de nombreux chirurgiens-dentistes s'équipent de machines-outils pour fabriquer les DMSM qu'ils prescrivent plutôt que d'accueillir les milliers de patients qui ne trouvent pas de dentistes pour les recevoir et les soigner?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD refuse la profession d’hygiéniste en France ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD s’est opposée continuellement à un statut pour les assistants dentaires, exerçant souvent dans l’illégalité dans les cabinets dentaires ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que l’ONCD et la CNSD se sont opposés au nettoyage des prothèses dentaires dans les maisons de retraite ,par les prothésistes dentaires, devant le conseil de la concurrence ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD s’oppose à la réparation d’un appareil résine (sans empreintes) directement au patient, dans les laboratoires ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires s’opposent aux délégations de tâches et à la denturologie en France ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires s’opposeront à la prise d’empreinte numérique en milieu buccal par un prothésiste dentaire ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD s’est opposée à une formation universitaire pour les prothésistes dentaires ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que l’ONCD conteste le statut d’auxiliaire médical pour les épithésistes prothésistes dentaires ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que les syndicats dentaires refusent officiellement de donner le nom des patients au laboratoire par secret médical, oubliant que nous sommes tenus par le secret professionnel ?

Est-ce au nom de la santé publique pour tous que la CNSD s’oppose à l’accès partiel des prothésistes dentaires dans la profession de dentiste auprès de la Cour de justice européenne (le secrétaire général de la FEPPD installé à Malte avait saisi cette juridiction)

Au nom de quel diktat, le statut d’artisan en France nous interdirait-il d’élever nos formations et nos champs de compétences professionnelles comme l’ont fait nos confrères européens ?

En réalité, les syndicats dentaires, en France, revendiquent pour leurs chirurgiens-dentistes, le monopole de toutes les activités ayant un lien avec la santé publique dentaire comme étant de leurs seules capacités professionnelles sans tenir compte des évolutions et besoins de notre population. Pourtant, dans de très nombreux pays développés confrontés aux mêmes problématiques, la profession de chirurgien-dentiste, comme celles de nombreuses professions médicales a dû évoluer pour répondre aux besoins croissants de patients de plus en plus nombreux, en créant des délégations de tâches ou de nouvelles professions paramédicales.

En France, la marchandisation de la prothèse dentaire est plus qu’une réalité depuis des décennies, mais un acquis, que les chirurgiens-dentistes défendent coute que coute, oubliant qu'en qualité de professionnels de santé, leur rôle premier est de pratiquer des actes de soins. L’acte prothétique clinique étant la conséquence d’un échec, dont les acteurs et les facteurs sont évidemment multiples, nous ne le nions pas.

Les prothésistes dentaires sont aussi des acteurs de santé publique. Ils œuvrent également dans l’intérêt du patient, comme leur confère le code de la santé (livre II titre 1er du CSP). Une véritable santé publique française nécessite que le secteur dentaire, et les esprits évoluent profondément et rapidement, débarrassée de tout corporatisme et sectarisme.

JJ Miller SG de l’APD
jjmiller@apd-asso.fr


Tissus de conneries ,ce syndicat a appris par cœur celles des illégaux, c'est pas ça qui en fait des vérités . La perle c'est quand il écrit que les prothésistes sont tenu au secret professionnel . Dent1000 est toujours aussi con . :heat:

Et oui le prothésiste est tenu au secret professionnel!!! Le prothésiste ne peut crier sur les toits que telle personne s'est fait faire un DMSM chez tel dentiste!!!!! Je ne suis pas sûr que Dent 1000 soit toujours le plus con! :blum3:

Affreuprotho
Messages : 671
Enregistré le : lun. 20 avr. 2015 07:16
Contact :

Re: Au nom de la (sainte) santé publique !

Messagepar Affreuprotho » mer. 13 déc. 2017 08:35

Invité a écrit :Les dentistes sont obligés de commander les DMSM en accompagnant les prises de mesures de leur prescription . Prescription qui comporte obligatoirement le nom du patient.
Le plâtrier qui déballe les empreintes, l'étudiant qui le seconde, le chef de labo, le céramiste, la secrétaire, le comptable, les ARS, j'en oublie certainement, sont ils tous tenu au secret professionnels qui découle du secret médical ?

Un artisan est il tenu au secret professionnel ?

Nous sommes inscrit à l'artisanat mais nous sommes dès fabricants de DMSM....Donc soumis au secret professionnel! Que viennent faire les ARS au milieux? Au fait je n'ai jamais vu une prescription accompagnant mes bons de commandes de la part des CD.....

Avatar du membre
BenDenturo
Messages : 741
Enregistré le : ven. 17 avr. 2015 13:27
Contact :

Re: Au nom de la (sainte) santé publique !

Messagepar BenDenturo » mer. 13 déc. 2017 09:56

Pas mal d'aborder le sujet APD par ce biais !
Sachez que seul le patient a le droit de disposer de son secret !
Si le dentiste n'a pas fait la démarche de demander à son patient de garder le secret quand à son traitement, pas plus le dentiste que le prothésiste ne sont tenu au secret, médical pour le dentiste, professionnel pour le prothésiste !
Donc, le dentiste doit demander à son patient si il désire que son nom et son traitement soit connu par le fabricant en lui faisant signer un document affirmant ou infirmant , document à transmettre au fabricant avec la prescription et la fiche de travail .
Le dentiste n'est qu'un mandataire désigné par le fabricant !
Pour les denturos, il fait ce qu'il veut avec son client qu'il n'est pas en possession d'une commande , ni d'une prescription ni d'un devis de dentiste !

Mais revenons à l'édito du sieur Miller, le dentiste a raison, cet édito reprends l'essentiel de ce que nous dénonçons depuis des décennies sur la voyoucratie dentaire !
Il y manque l'essentiel : la demande d'indépendance pour la profession de prothésiste dentaire par sa sortie de l'artisanat, soit le paramédical !
Les prothésistes dentaires sont exclus des négociations sur les prix des produits qu'ils fabriquent parce qu'ils sont dans l'artisanat
Il y manque surtout la revendication et la création du technicien dentaire clinique !
L' APD, comme l' UNPPD n'ont jamais soutenu les prothésistes ayant choisi la liberté de s'affranchir des donneurs d'ordres, ni l'un ni l'autre ne sont venu témoigner en leur faveur lors d'un procès !*

Bref ! Cet édito ne change rien , sans un peu de courage politique l' APD continuera de stagner laissant les denturos défricher le terrain !

* Signalons que le signataire de l'édito est depuis peu à la retraite, il peut se mouiller pour la cause sans avoir peur de perdre sa clientèle !

Neutre

Re: Au nom de la (sainte) santé publique !

Messagepar Neutre » mer. 13 déc. 2017 14:17

Bonjour, pouvez vous répondre à ces interrogations :
La Ministre de la santé veut réduire à zéro la facture des patients chez le dentiste ; qui va payer ?
Si Madame la Ministre réussit, qu'allez vous devenir vous qui n'avez rien à voir avec ce ministère ?
Je suis neutre . Merci de me répondre si cela vous est possible .

Bureau RDF .

Re: Au nom de la (sainte) santé publique !

Messagepar Bureau RDF . » mer. 13 déc. 2017 15:00

Neutre a écrit :Bonjour, pouvez vous répondre à ces interrogations :
La Ministre de la santé veut réduire à zéro la facture des patients chez le dentiste ; qui va payer ?
Si Madame la Ministre réussit, qu'allez vous devenir vous qui n'avez rien à voir avec ce ministère ?
Je suis neutre . Merci de me répondre si cela vous est possible .


En réalité la Ministre veut rembourser totalement les prothèses et les soins dentaires aux patients afin de lutter contre le renoncement aux prothèses dentaires ( 38,6 % ) et aux soins dentaires ( 33,6 % ) .
En réalité la Ministre va d'abord définir les dépenses standards (?) et n'a donc pas encore définie une enveloppe budgétaire .
Madame la Ministre veut payer un peu plus les actes de soins aux dentistes à la condition que ceux abandonnent les tarifs libres sur les prothèses.

Jamais les dentistes qui se gavent sur le prothèses n'accepteront un plafonnement du prix des prothèses, ou alors si ils acceptent ce sera au détriment de la santé bucco-dentaire tout en favorisant la prothèse d'import à vil prix ce qui pénalisera lourdement les prothésistes dentaires .

Madame la Ministre consciente de l'évolution à la hausse , des devoirs et obligations des exercice sus-cités autorisera obligatoirement un transfert de tâches et compétences .

Tout nous est bénéfique, certaines mutuelles remboursent déjà nos fabrications .
Avons nous répondu à votre questionnement pas si neutre qu'il en a l'air ?

Protho 72

Re: Au nom de la (sainte) santé publique !

Messagepar Protho 72 » jeu. 14 déc. 2017 08:45

Je vends la céramique 120 euros, la sécu la rembourse 75 euros, pas plus tard qu'hier soir 3 de mes clients m'ont explicitement fait comprendre que si Macron plafonnait le prix des prothèses je devrais baisser mes tarifs , sachant qu'une céramique chinoise s'achète 45 euros en la vendant de 700 à 1500 euros les dentistes seront toujours gagnants et encore plus avec les soins qui leurs seront surpayés. Les prothésistes et les patients seront toujours les dindons de farce . Que faire face à ce scénario catastrophique ?


Retourner vers « Discussions générales »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités